Cette France en noir et blanc qui nous manque

     

    Pierre Fresnay en pleine action; devant lui : Jean Gabin.

    Le film Les Vieux de la vieille, de Gilles Grangier (1960) a été rediffusé, il y a peu, à la télévision. Quel bonheur! Adapté du roman éponyme de René Fallet qui participa à l’adaptation en compagnie du réalisateur et de Michel Audiard (qui écrivit les dialogues), l’œuvre fait figure aujourd’hui presque d’un classique. L’histoire, si française, vaut son pesant de picrate. Baptiste Talon (Pierre Fresnay), retraité de la SNCF, revient dans son village natal de Vendée où il retrouve ses copains Blaise Poulossière (Noël-Noël), ancien éleveur de porcs, et Jean-Marie Péjat (Jean Gabin), ex-réparateur de vélos. Talon a pris la décision de finir ses jours à l’hospice de Gouyette; il parvient à convaincre ses deux potes de se joindre à lui. Et les voilà partis, les musettes remplies de bouteilles de pinard car, faut-il le préciser, le trio ne crache pas sur le sang de la vigne. Leur déplacement jusqu’à Gouyette sera ponctué d’aventures diverses, péripéties singulières et hilarantes. À l’hospice, ils ne tarderont pas à s’ennuyer ferme; ils n’auront qu’une hâte: prendre la poudre d’escampette et revenir au village. J’adore ce film que j’ai vu au moins une dizaine de fois; je ne m’en lasse pas. Peut-être me rappelle-t-il l’enfance. Ces films que je regardais, au début des sixties, sur le téléviseur Ribet-Desjardins en noir et blanc de mes parents, le dimanche, vers 17 heures, alors que, l’hiver, les paysages de ma bonne ville de Tergnier prenaient des couleurs de vieil étain. Ma grand-mère et mon grand-père (qui ressemblait un peu à l’immense Noël-Noël), ancien Poilu de la Somme, se joignaient à nous; ils ne possédaient pas la télévision et, si mes souvenirs sont bons, ne l’ont jamais possédée. J’entends encore leurs rires éclatants qui se perdent dans la nuit du temps qui passe. Après le film, il y avait Thierry la Fronde, un autre grand classique. Jean-Claude Drouot avec ses collants moyenâgeux. C’est si loin, tout ça… Pourquoi ce film me séduit-il autant? Certainement parce qu’il symbolise une France que j’ai tant aimée et qui n’est plus. Parce que, aussi, il bouillonne de talents. Les comédiens Noël-Noël, Jean Gabin (alors âgé de 56 ans, il accepta pour la première fois de se laisser transformer physiquement afin de faire plus vieux que son âge) et Pierre Fresnay (qui arrêta ensuite sa carrière cinématographique) sont au sommet de leur art. Audiard, comme à son habitude, excelle. Les bons mots fusent. Grangier jubile en mettant en images le livre de Fallet; le burlesque succède au cocasse. La langue française, triturée, malaxée, apprivoisée, convoque Rabelais et Restif de La Bretonne. L’Histoire, la grande, celle de la Grande Guerre, est omniprésente. On y évoque, au détour d’une conversation avinée, les Dardanelles, mais aussi les tranchées. L’arbitre, parce qu’il n’est pas anglais, est renvoyé à son ballon et à ses filets par les vieux ronchons. Et tous ces seconds rôles (André Dalibert, Jacques Marin, Robert Dalban, etc.) qui crèvent l’écran. On est si bien dans ce film amniotique, manière de ventre douillet et maternel d’une France des Trente glorieuses qu’on est en droit de regretter.

    Jean Gabin devant une bouteille de picrate.

    Dimanche 7 avril 2019.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

      Jeanine et Chantal : bonjour tristesse

    J’ai déjeuné, il y a peu, avec l’écrivain et créateur du blog très remarqué ...

    J’écoute Jethro Tull, je pense à Cendrars

      Serait-ce l’âge qui agit, qui pèse et qui nuit? Il y a encore ...

    Un grand livre fait un excellent film

       Il y a quelques temps, à Paris, lors d’un cocktail de la revue ...

    De la subjectivité comme art majeur

    Tu me diras, lectrice adulée, que je suis subjectif. Tu n’as pas tort. Remettre ...

    Sorj Chalandon ou la vie facétieuse

      Serais-je, un jour, capable de prendre un train à 7h38? J’en doute. J’avais ...

    Vive l’économie de Marchais et la Sécurité sociale!

    Ce vendredi soir-là, je m’asseyais, lessivé de fatigue, sur un des fauteuils du cinéma ...