Confiné au jardin : à l’ombre des bêcheurs en pleurs

    “Tu en fais un petit peu tous les jours…” Photo : Philippe Lacoche.

    Il nous l’avait promis dès la première chronique: le jardinier confiné a tenu parole; il s’est mis à bêcher. Ce n’était pas gagné: on sait le confiné procrastinateur. Tout lui est prétexte pour filer, tel un vieux matou jouisseur, s’affaler sur le divan. Ou se jeter sur un livre, si possible qu’il n’a pas encore lu ou que, jusqu’ici, il n’est pas parvenu à aborder – timidité? paresse? manque de curiosité? certainement un peu de tout cela. Exemple: A l’ombre des jeunes filles en fleurs, de Marcel Proust, texte qu’il détient dans une très belle édition en reliure cuir bleu nuit – comme les yeux de Charlotte Rampling dans Un Taxi mauve, d’après le roman éponyme de Michel Déon, en 1977 – dans la collection «La Bibliothèque des chefs-d’œuvre» au Sans Pareil éditeurs, dirigée par Claude Tchou, le plus chinois des éditeurs franco-belges, décédé le 31 mars 2010, à Paris. (Vous savez tout, lecteurs curieux et cruellement confinés; il faut bien qu’on vous occupe et qu’on vous cultive.)

    «Un petit peu tous les jours…»

    Il bêche, donc. Têtu, buté, le front bas de l’homme appliqué, de l’élève concentré. Concentré? Oui, en général, sauf quand son attention est attirée par un ver de terre. Mais nous n’allons pas vous resservir le plat réchauffé du gratin de lombrics que nous vous avions mitonné dans la chronique d’hier. Concentré, oui. Et rêveur, toujours. À chaque coup de bêche, il pense à son père disparu il y a deux ans. C’est lui qui lui avait appris à bêcher. Le geste à la fois lent, sec, coulé, délié et précis comme une couleuvre à collier qui se faufile dans les herbes des sixties à l’ancienne ballastière de Fargniers (Aisne). «Tu ne forces pas; tu en fais un petit peu tous les jours; tu y arriveras…» lui disait-il en souriant comme un vieux cheminot humaniste qui avait connu les bombardements, les Schleus et la guerre. Le confiné bêche, bêche. Têtu et ému comme un ancien gamin car il n’a pas encore vraiment fait le deuil. PHILIPPE LACOCHE

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Ma vie rock et mes coïncidences de caniveaux

          Ma vie de marquis déchu et désargenté n’est faite que de ...

    Le chapeau et les péripatéticiennes comme lien social

      Mercredi 7 décembre.14h32. Je marche d’un pas las, lent, lamentable, rue de la ...

    Ces feuilles qui tombent et ces amis aussi

      Ça y est; nous y sommes. L’automne. Ces feuilles qui tombent. Et tous ...

    Une retraite en rappel et un vertige de nostalgie

        Il ne manque pas de cran, Jean-Pierre Marcos, le directeur du cirque ...

    Ska pour chat de gouttière à pattes de lapin

          Beaucoup de bonheur, ces derniers temps. Suis content. J’ai d’abord vu ...