Confiné au jardin : les tomates de Proust

    Non, il ne s’agit pas de la plantation de chanvre indien du jardinier confiné mais bien de ses plants de tomates. (Photo : Philippe Lacoche.)

    La présente photographie pourrait prêter à confusion. Non, il ne s’agit absolument pas les plantations de chanvre indien du jardinier confiné; juste ses plants de tomates. Le confiné n’est pas exempt de vices. Il aime, de temps à autre, un bon verre de vin ou déguster une bière fraîche et crémeuse. La dope ne l’a jamais intéressé. Pourtant, au cours de sa longue vie parfois houleuse, il a longtemps côtoyé la scène rock où, est-il nécessaire de le préciser? les substances sont nombreuses. Brouilly et bière Cadette lui suffisent amplement.

    Cerfeuil et Souplex

    Cela faisait un petit bout de temps que ça lui trottait dans la tête. «Il faut que je replante mes tomates…» ruminait-il. Jeudi, en fin d’après-midi, il s’y est mis. Il s’est rendu, rapide et vif comme un lièvre à l’ouverture de la chasse, dans l’appentis sous la terrasse, en a sorti treize pots hauts et larges. Il s’est dirigé d’un pas de légionnaire vers son bac à compost. Et il a rempoté. Douze pieds bien verts qui, rien qu’en les remuant, dégageaient d’appétissants effluves. Tandis qu’il alternait couches de compost et de terre du potager, incorrigible rêveur, il se mit à cogiter. Et à s’évader vers les rives de l’enfance. «Cette odeur de feuilles de tomates fraîches, Bon Dieu, mais c’est bien sûr!» fit-il, tel un Raymond Souplex amiénois ou un commissaire Bourrel du faubourg de Hem. Il devait avoir sept ou huit ans. Il était en vacances chez son grand-père, jardinier au château de Sept-Saulx (Marne). Il faisait une chaleur torride. Il eût pu se rendre sur les tendres rives de la Vesle, la plus française et gauloise des rivières de l’Hexagone, en compagnie de son regretté cousin Guy, le Pêcheur de nuages, pour taquiner vandoises, vairons, chevesnes et perches. Non, cet après-midi-là, Guy n’était pas là. Alors, il s’était réfugié dans l’une de serres du château. Des plants de tomates se dressaient fièrement dans leurs jardinières qui reposaient sur un lit de sable blanc. Cette odeur, madeleine de Proust, plus jamais il ne l’oublierait. Au fait, pourquoi avait-il sorti treize pots alors qu’il ne disposait que douze pieds de tomates? L’un, plus large que les autres, accueillit des graines de cerfeuil. Gourmet, le confiné imaginait déjà les potages qu’il allait, sous peu, se concocter… PHILIPPE LACOCHE

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    J'AIMEJ'AIME
    1
    HahaHaha
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une fuite pour oublier l’indicible

       Francine a connu l’horreur du nazisme. Elle déambule pour moins souffrir. Marianne Maury ...

    Le roman-bombe de Besson sur Carla Bruni

        Dans la page Livres du dimanche septembre du Courrier picard, l’auteur explique sa ...

    Ces politiques qui ont tué son père

    Édouard Louis balance leurs noms. De la vraie droite et de la fausse gauche. ...

    Un récit poignant

    Dans «François, la semaine de sa mort», Jean-Louis Rambour évoque le décès de son ...

    L’allégresse des quasi-morts

    Davy Sardou, le fils du chanteur, à l’affiche dans «Hôtel des deux mondes», d’Eric-Emmanuel ...

    Les éclats de la folie et de l’absurdité

      Dans «Éclats de 14», Jean Rouaud, Prix Goncourt 1990 pour ses Champs d’honneur, ...