Confiné au jardin : lilas, tanche et veau mort

    Le parfum incomparable du lilas. (Photo : Philippe Lacoche.)

    Nos lectrices et lecteurs sont en droit de se dire que le jardinier confiné recèle, tout au fond de lui, d’étranges obsessions. Hier, il admirait, dans le verger de son voisin de droite, un cerisier en fleurs qui n’en était peut-être pas un. Aujourd’hui, le voici qui reluque à nouveau le même terrain arboré et qu’il s’émeut devant un lilas en fleurs. Il se renouvelle peu.

    Produits Avon

    Ce matin-là, il ouvre la fenêtre de sa chambre. C’est d’abord son nez qui est en émoi. Ce parfum incomparable de lilas. Une vague de lumière crémeuse, lourde et blonde comme la crinière de Brigitte Bardot, le conduit à cligner des yeux. Il les ferme. Et rêve. Il revoit sa mère partir sur sa bicyclette Peugeot dans les rues de Tergnier (Aisne). Sur le porte-bagages de son terrible engin: une valisette bleu nuit, mélange de tissu rigide et de plastique doux. Elle contient des produits Avon. Nous sommes au tout début des années 1970. La mère du confiné est représentante de cette célèbre société américaine de cosmétiques. Il fallait bien arrondir les fins de mois quand on était un ménage de cheminots. (Contrairement à ce que pense notre délicieux président amiénois qui reste persuadé que les cheminots sont des privilégiés.) Parmi les produits Avon: un savon au lilas. Il embaume toute la maison. Il rouvre les yeux. Aperçoit le lilas mauve. Un appel le traverse, tel en courant électrique. Un appel à la pêche à la ligne. «On pêche la tanche quand les lilas se mettent à fleurir», dit-on. Il se revoit sur les berges de l’étang d’Argoeuves, plan d’eau du comité d’entreprise de sa société. Les tanches, énormes, y sont nombreuses. Il lui est arrivé de remonter de puissantes grosses brunes à la peau luisante, voluptueuses panthères noires d’eau douces. Il se souvient aussi d’une anecdote. Cœur des années 1960. Enfant, il allait pêcher dans une mare, en fait un trou de bombe, à la pâture de Sanville, au bord du canal, à Fargniers. Un matin, il avait remonté une tanche de ces eaux croupies. Un autre jour, ses copains et lui y avaient découvert un veau mort. Aujourd’hui, les années ont passé. Il ne pense ni à la tanche, ni au veau mort. Il se demande quelle tête avait le pilote américain de la forteresse volante qui avait lâché ce gros pruneau. Ça devait être en 1943 ou 1944. La guerre encore et toujours. Le jardinier confiné n’est constitué que de lourdes obsessions. PHILIPPE LACOCHE

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    BB: l’art de nous plaire

       L’essai de Marie Céhère révèle une femme complexe. Belle à défroquer un pape ...

    Lire : je ne suis plus bon qu’à ça. La dentellière, Pascal Lainé; Folio-Gallimard. ...

    Un roman audacieux et délicieusement osé

    Deux femmes (dont l’une, transgenre), éprises de liberté, se retrouvent confinées dans un taxi. ...

    Le Bonjour de… Philippe Lacoche

    L’étoile de la République La Marquise et moi, marquis des Dessous chics, à bord ...

    Un livre poignant sur la mort d’un père adoré…

    Avec «Poupe», roman délicat et très émouvant, François Cérésa rend hommage à son père, ...

    Sylvie Payet raconte le Vaugandy

    Bonjour lectrices ! Dans mon prochain roman, Le chemin des fugues (dont le narrateur, Pierre ...