Denis Tillinac tout au fond l’enfance

    Le romancier propose un récit très autobiographique. Intime, sincère et touchant.

    François s’efforçait de minimiser, invoquant mes «nerfs» qui apparemment n’étaient pas d’une espèce ordinaire. La voix d’Hélène montait d’un ton. «Tu lui passes tout.» Un mot revenait souvent, un mot dont j’ignorais le sens mais qui m’aura poursuivi comme un compagnon de mauvais aloi: «caractériel».»

    François est le père du jeune narrateur; Hélène, sa mère. Et le narrateur ressemble comme deux gouttes d’eau de la Dordogne à l’auteur de ce livre délicieux: Denis Tillinac.

    Emouvante sincérité

    Il est écrit roman sur la couverture du livre. On est en droit de se demander si nous ne sommes pas en présence d’un récit. D’un récit autobiographique. Denis Tillinac le reconnaît: jamais il n’est allé aussi loin dans l’intime. À 70 ans, après avoir publié une quarantaine d’ouvrages et récolté de nombreux prix, il se livre avec une sincérité désarmante, émouvante. Elle fait mouche. Impossible de rester insensible à un tel texte. Il se contente de changer le nom de la commune de son cœur, celle de sa grand-mère Clémence. Auriac devient Térilhac. Son père, chirurgien-dentiste, apparaît en médecin. Et à son narrateur, son double, il prête des talents de peintre et de dessinateur alors qu’on sait qu’il deviendra écrivain. Denis Tillinac brouille à peine des pistes pour nous conter son enfance. L’enfance d’un enfant qu’il présente comme un cancre, renvoyé de nombreuses écoles pour indisciplines diverses. Il gifle ses sœurs en cachette, donne des coups de pied aux enseignants qui tentent de canaliser ses furies. L’auteur n’est pas tendre avec l’enfant qu’il était. Il n’en est que plus convaincant. Nous sommes au milieu des années 1950, dans le quartier Daumesnil, à Paris. L’enfant ne rêve que d’une chose: rejoindre Térilhac et sa famille ancrée dans cette France à la fois éternelle et menacée. Les raisons de sa colère permanente? L’incompréhension des adultes à son endroit mais surtout celle d’une mère (à qui il dédie son roman) qui, elle, ne rêve que de distinction et ne cesse de lui faire comprendre qu’il est un mauvais fils. Son père, un ancien résistant qui a rejoint de Gaulle, plus à l’écoute, plus compréhensif, tente de jouer les modérateurs dans le conflit familial.

    Denis Tillinac excelle quand il restitue ces Trente glorieuses qu’il vénère et cette France d’avant qu’il aime tant. Les locomotives sont encore des BB; les marques des tablettes de chocolat sont Cémoi, Menier et Poulain. Les communistes français ne sont pas tous «aussi détestables que les Russes d’un certain Khrouchtchev, auxiliaire de Santan selon le manichéisme de ma grand-mère». Le narrateur collectionne le Miroir-Sprint et admire Anquetil qui vient de gagner son premier Tour de France. Et puis, il y a la langue de Tillinac, un style d’une rare élégance qui fait penser à celui d’un Blondin ou d’un Kléber Haedens. «(…) c’était grisant de penser que ce bivouac où mon enfance avait campé allait disparaître à jamais.» Il nous donne ici l’un de ses m

    Denis Tillinac à Paris, le 20 décembre 2017.

    eilleurs livres, peut-être même le meilleur.

    PHILIPPE LACOCHE

    Caractériel, Denis Tillinac, Albin Michel; 174 p.; 15 €.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    «Soumission»: du grand Houellebecq

    Descendu avant d’être lu, «Soumission» est pourtant un grand livre, une vraie fiction, une ...

    Althusser nous manque

        Esprit libre mais sincèrement marxiste, Louis Althusser était l’un des penseurs essentiels ...

    Des regrets face à la marraine de Marennes

    Certaines rencontres génèrent des regrets. J’étais au Salon du livre de Noël de Saint-Quentin ...

    Photo : Francesca Montovani.

    La petite douceur du dimanche soir

    Folio réédite le récit que Jérôme Garcin a consacré, en 2015, au Masque et ...

    Une balade hors saison d’un Français définitif

          La solitude me va mal au teint. Sous mes dehors aristocratiques ...

    Un bain dans le fleuve Limonov

                                   Il est parfois surnommé Edward le terrible. C’est un euphémisme. Edward Limonov, ...