Des regrets face à la marraine de Marennes

    Hortense Dufour. Photo : Philippe Lacoche.

    Certaines rencontres génèrent des regrets. J’étais au Salon du livre de Noël de Saint-Quentin auquel la délicieuse et blonde Cécile et le sympathique Louis m’avaient invité avec chaleur. Je m’installais à ma table de dédicace, saluais mes consœurs et confrères.

    Ella Ballaert. Photo : Philippe Lacoche.
    Denis Jaillon. Photo : Philippe Lacoche.
    Yves Courraud. Photo : Philippe Lacoche.
    Photo : Philippe Lacoche.
    Yves Marie Lucot. Photo : Philippe Lacoche.

    Quelques têtes connues (Ella Ballaert, Denis Jaillon, Yves Courraud) ; quelques retrouvailles émouvantes (mon confrère et ami Yves-Marie Lucot, ancien collaborateur du Courrier picard, que je n’avais pas vu depuis des années ; il venait présenter son livre L’Aisne en images qui a écrit en compagnie de Céline et Jean-Marie Lecomte aux éditions Noires Terres). Puis, je m’adonnais, contraint par ma quasi-solitude, à faire ce que je fais de mieux dans la vie : rêvasser. Soudain, je me levai et, tel le Christ marchant sur la mer pour se rendre à Capernaüm, je m’élançai dans les allées afin de rafraîchir le trombinoscope photo des écrivains de la base numérique de mon cher Courrier picard. Ainsi, j’en fis poser quelques-uns, et finis par me retrouver face à l’écrivain Hortense Dufour qui j’avais un peu lu et dont je connaissais l’excellente réputation littéraire. Nous nous mîmes à discuter, évoquâmes quelques grands fous ou réactionnaires – ou les deux : Jacques Chardonne (le romancier préféré du grand homme politique de droite douce qui exécuta le Parti communiste français de trois balles dans la nuque : François Mitterrand), Céline (j’irritai Hortense quand je lui dis que je le considérais comme un immense écrivain mais résolument comme un sale type) et de quelques autres.

    Kléber Haedens (à gauche), ici en compagnie de Jean d’Ormesson.

    Ce fut sur le retour, sur l’autoroute, dans la nuit noire, épaisse et grasse comme du pétrole, que des regrets m’assaillirent : j’avais oublié de demander à Hortense Dufour si elle avait connu Kléber Haedens (chère Hortense, si vous lisez cette chronique, répondez-moi : Philippe Lacoche, Courrier picard, 5, port d’Aval, 80000 Amiens). Je pense que oui. Comment pourrait-il en être autrement ? Elle est née à Marennes, en Charente-Maritime ; un Prix Hortense Dufour a même été créé en 2010, par le Lions Club de Marennes-Oléron. Oléron où Kléber vécut longtemps et où il inscrivit l’histoire de son sublime et ultime roman Adios, rédigé après le décès de l’amour de sa vie : Caroline. Le livre se termine par cette phrase poignante : « Maintenant, j’avais les yeux gris. » Dans la nuit noire du Santerre, je me trouvais niais. C’est terrible un regret. Ça vous mine. Un autre m’a sauté à l’esprit. En août 1975, j’étais en vacance en Grèce, sur l’île de Syros (la bien nommée : nous y buvions comme des trous, mon copain Gaëtan et moi). J’avais fait la connaissance d’une adorable petite Londonienne. Sa beauté me paralysait. Un soir, elle m’invita à nous éloigner vers quelques pinèdes incertaines. Son intention était claire ; je l’avais devinée mais ne pouvais agir, tétanisé devant tant de beauté. Aujourd’hui que j’ai les yeux gris, je me dis que je le regretterai toute ma vie. Dimanche 9 décembre 2018.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    1
    HahaHaha
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Emmanuel Bove et Johnny Thunders me poursuivent

                 Je suis allé voir Laurent Margerin en concert, au Bar du Campus ...

    Le marquis passe à l’Est

    Je connais Yves Lecointre, directeur du Frac Picardie, depuis de nombreuses années. J’ai fait ...

    Nous devions manger des chocolats Mon Chéri

      France Inter. La voix de François Morel se noue en évoquant la mémoire ...

    Mon ami Emmanuel Bove

    La revue littéraire Le Matricule des anges a demandé à quelques écrivains d’évoquer Emmanuel ...

    Pour lui, pour elle et pour Lui

    Mardi 3 septembre, il coule une lumière de miel sur la rue des Moulins ...