Coup de foudre pour une limace

           Mardi. Il est cinq heures du matin. Suis au lit, éveillé, gorge en feu, nez torrentiel à ne pas mettre une fille entre mes draps. Ni entre mes bras. Voilà ce que c’est que faire le jeune homme avec mes copains Jacques Béal, Pascal Pouillot (qui lui, n’apprécie pas le Picon bière, mais préfère le vin)

    De gauche à droite, les Hussards Jacques Béal, Pascal Pouillot et Jean-Pierre Ternisien.
    De gauche à droite, les Hussards Jacques Béal, Pascal Pouillot et Jean-Pierre Ternisien.

    et Jean-Pierre Ternisien. Picon bières jusqu’à pas d’heure et clopes à la terrasse de chez Pierre ou du Gambetta, voilà ce qui arrive quand on a presque soixante ans, des années de vie de patachon au compteur de l’existence, et le coeur trop souvent brisé par les poulettes et les dames. Je me retourne dans mon lit. En sueur. Je me lève, mets la radio, attrape un pamplemousse, l’épluche, lui fais un sort. Besoin de vitamine comme le mâle non fiévreux et normalement constitué à besoin d’amour. Envie de pisser. File aux toilettes. Et là, par terre, que vois-je? Une adorable limace rousse, ocre et marron foncé, très mignonne petite tigresse gluante venue se planquer dans mes WC car dehors il fait un froid sibérien. C’est une habitude. Dès qu’il fait un peu froid les limaces viennent se réchauffer dans mes toilettes comme les vieux Anglais vont réchauffer leurs vieux os sur la Côte d’Azur. Je vais finir par baptiser mes toilettes L’Espace Riviera des Limaces. J’attrape délicatement la limace dans une feuille de papier toilette. Je l’observe. J’ai l’habitude de ne pas leur faire mal. Je suis doux. Je les prends délicatement, comme je prends les filles. Elles aussi, elles (les limaces) ont l’habitude. Elles ont dû se donner le mot : “Quand ça caille, va te mettre au chaud sur la Riviera, dans les toilettes du Marquis des Dessous chics. C’est une sorte de vieux bouddhiste, ami des animaux.” J’ouvre la lucarne, la balance dehors. Si j’avais du pognon, j’ouvrirai un refuge à limaces. J’aurais bien demandé une subvention à la Région mais je ne suis pas certain que ce soit le moment. Je retourne dans la cuisine, me lave les mains. Par la radio, j’apprends que, sur les conseils de Manuel Valls, Pierre de Saintignon va retirer sa candidature au profit de Xavier Bertrand. C’est bien.  Vous pourrez compter sur ma voix de marxiste-bouddhiste, cher Xavier, au nom de Tergnier et des Fils d’Isis. S’il n’y avait que moi je ferais voter les limaces pour battre le Front national. Oui, disais-je, nous avons bien ri, avec mes copains Pascal Pouillot, Jean-Pierre Ternisien et Jacques Béal. Avec ce dernier, nous avons dédicacé nos derniers livres à la Maison de la presse de la galerie des Jacobins. Et nous avons papoté. Nous avons parlé de littérature, bien sûr. (Nous avons les mêmes goûts, dont un assez prononcé pour les Hussards : Roger Nimier, Antoine Blondin, Michel Déon, Jacques Laurent et Kléber Haedens.) Et politique. Jacques me disait que si le FN passait dans notre belle région, nous pourrions nous exiler en Irlande et lancer un appel aux Picards, constituer une petite armée (les Irlandais, ça, ils savent faire) et débarquer au Crotoy pour reconquérir le Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Une manière d’appel du 18 Juin du colonel Béal et moi, je serai son conseiller, son âme damnée, tentant d’inoculer dans son gaullisme fraternel mon venin marxiste. Une heure plus, tard, nous retrouvions Pascal et Jean-Pierre, deux autres Hussards, au café le Gambetta. C’est en sortant cloper que j’ai dû choper la crève. Grâce à celle-ci, j’ai rencontré ma limace, etc.

    Dimanche 13 décembre 2015

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    François Long, bassiste des Rabeats, sortira un album solo cet été

        J’étais en train de travailler sur l’interview de John Steel, batteur historique, fondateur, ...

    J’écoute Jethro Tull, je pense à Cendrars

      Serait-ce l’âge qui agit, qui pèse et qui nuit? Il y a encore ...

    Jamais, lectrice, tu ne dénonceras ton port d’attache

        J’avais rendez-vous avec mon ami Jacques Frantz, au Café, chez Pierre, à Amiens, ...

    Mes beaux jours avec les Béra

      Avec mes amis Béra, Mireille (créatrice des éditions Cadastre8Zéro) et Philippe (de la ...

    Coïncidences, jolie chanteuse, cheveux salés et Martin Nimier

    J’aime les coïncidences. C’est mon côté André Breton, Nadja, sublime roman du pape totalitaire ...

    Une balade hors saison d’un Français définitif

          La solitude me va mal au teint. Sous mes dehors aristocratiques ...