J’aime mon Saint-Leu, quand il pleut

                                

    De gauche à droite : Loïc (guitare, chant), Flamm (batterie, choeur) et Maciel Bento (basse, choeurs). Le groupe Dust, l'autre soir, en concert au Couleur Café, à Amiens.
    De gauche à droite : Loïc (guitare, chant), Flamm (batterie, choeur) et Maciel Bento (basse, choeurs). Le groupe Dust, l’autre soir, en concert au Couleur Café, à Amiens.

        Quel bonheur de retrouver les nuits de Saint-Leu et le rock’n’roll. Ces derniers temps, tu sais lectrice, ma fée charnelle tant convoitée, d’autres tâches m’occupaient (littérature, écriture, etc.). Je délaissai Saint-Leu, mon quartier préféré d’Amiens. Celui où j’ai posé mes valises à l’automne 2003, port d’Amont, fraîchement divorcé, nouvellement amoureux d’une adorable jeune femme qui avait la moitié de mon âge. Je me souviens encore du goût du verre de bourgueil que j’étais allé boire, seul, à une terrasse du quai Bélu. C’était septembre 2003. Il faisait doux. La Somme d’un vert céladon, dans lequel se reflétait un pâle soleil, me faisait de l’œil comme une fille de joie. J’étais bien. L’autre nuit, je me suis rendu dans un café, rue Saint-Leu, où se produisait Trio d’Vie. Musique chaleureuse, délicatement jazzy, discrètement fanfaronne (dans le sens de fanfare, lectrice, cervelle de sansonnet). Puis, j’ai filé, tel un chat de gouttière, au Couleur Café où se produisait le groupe Dust. J’y ai retrouvé des copains : Flamm, à la batterie, le meilleur drummer de Picardie, le plus sûr, le plus fraternel, le plus généreux ; Loïc Van Zon, à la guitare électro-acoustique et au chant, membre des Nightingales, dont j’ai beaucoup parlé dans cette même chronique ; et Maciel Bento à la basse. Maciel, multi instrumentiste certes, mais quel bassiste ! J’adore regarder ses doigts courir, à la fois calmes et rapides, félins, sur le manche de sa Fender Precision. J’étais heureux de retrouver Maciel. Il fut le clavier de notre groupe si sixties, les Scopytones. Nous évoquâmes les années mortes, les concerts d’antan, les parties de rigolades dans des galas de campagnes improbables et reculées. Et nous parlâmes, of course, de Lou-Mary, mon ex-grande Didiche partie vers d’autres horizons. Les souvenirs, toujours le passé. Je suis un homme du passé sinon je ne perdrais pas mon temps à écrire. Si j’étais dans le présent, je ferai des affaires, je m’enrichirai peut-être ; je dirais du bien du libéralisme. Je n’applaudirais pas des deux mains quand la délicieuse Aurélie Filippetti claque la porte d’un gouvernement dit de gauche. Le passé. La nostalgie ; la mélancolie, mes carburants essentiels avec quelques autres, plus personnels. Au Couleur Café, je regardai passer des ombres de la nuit. Je me souvenais. En sortant, à la terrasse du Rétroviseur, une jeune femme au jean déchiré au genou droit de façon assez érotique, lisait Ouvert la Nuit, de Paul Morand. L’idée me vint de l’entreprendre, de lui parler de ce grand styliste au cœur sec. Mais non. Je n’ai plus l’audace d’antan. Je me suis contenté d’allumer une cigarette et de regarder le pavé mouillé de la place du Don, de Saint-Leu. Il s’était mis à pleuvoir. Que je l’aime, mon Saint-Leu, quand il pleut.

                                                                 Dimanche 26 octobre 2014

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Vive l’économie de Marchais et la Sécurité sociale!

    Ce vendredi soir-là, je m’asseyais, lessivé de fatigue, sur un des fauteuils du cinéma ...

    L’élégance française contre l’Europe allemande et des marchés

     Chez mon notaire, alors que j’étais dans la salle d’attente en train de lire, ...

    Le marquis se rend au bordel et rosit devant Marie Justine…

     On le sait, nos amis et alliés les Anglais, malgré leur retentissante absence de ...

    Noël au pays de l’enfance

    Lectrice, tu vas te réjouir. Je n’ai pas que des ennemis, n’en déplaise à ...

    Au nom d’Hopper, de Danquin, de Renoir et de la mélancolie

    Lectrice convoitée, sache que, comme Roger Vailland, mon romancier préféré, j’ai mes saisons. Culturelles. ...