Noël au pays de l’enfance

    Lectrice, tu vas te réjouir. Je n’ai pas que des ennemis, n’en déplaise à ton mari. Un fidèle lecteur, Pierre Logié, rebondit sur mes propos désobligeants à l’endroit de Jour de fête: «Moi aussi je trouve totalement idiot Jour de fête de ce grand niaiseux de Jacques Tati. Je n’ai jamais compris l’engouement pour ce pseudo-cinéaste, tous ses films sont d’un ennui mortel, comme l’a fait remarquer Michel Serrault dans ses Mémoires. Bravo, cher ami, d’avoir descendu cette fausse valeur de belle façon! Ce vieux con, avec son ridicule pantalon feu de plancher, a fait son vilain temps, qu’il dégage de nos écrans, ça nous fera des vacances! (mais surtout pas celles de son Hulot de malheur).» Voilà qui est dit. Les critiques reçues après ma charge contre l’œuvre de Tati ne m’ont pas coupé l’appétit.

    À Noël, en famille, à Tergnier, trop d’huîtres, d’escargots et de poularde. Je l’ai payé. Mais j’ai été récompensé. En effet, pour me remettre, je me suis accordé une petite balade digestive et matinale dans ma chère ville cheminote et ferroviaire. Et, devant les HLM de la cité Roosevelt, je tombe sur Yves, un copain de quatrième et de troisième que je n’avais pas revu depuis plus de quarante ans. Il n’a pas changé. Même allure; même gueule de Ternois. On se remémore nos années d’antan. La fin des Trente glorieuses. Les Ternoises. Il a arrêté l’école à la fin de la troisième. Usine, puis un CAP. Puis entrée à la SNCF comme contrôleur. Aujourd’hui, la retraite. On échange nos numéros. Émotion. Émotion aussi quand je suis allé voir le stade derrière l’école Roosevelt, un terrain de hand que nous avions annexé pour le transformer en terrain de foot. J’entends encore les cris des copains. Mahut, Lanzeray, Dadack, Leduc, Legrand, Fleury… Un coup d’œil à l’appartement situé au premier étage du pavillon Artois. C’est là que mes grands-parents ont terminé leur vie. Je me souviens des repas du dimanche qui commençaient toujours par une macédoine de légumes. Puis, j’ai foncé vers le canal. Le bruit des chutes d’eau dans l’écluse. J’ai même retrouvé ma patte d’oie favorite où, enfant, j’effectuais des pêches miraculeuses: goujons, gardons, perches, grémilles. L’enfance est un pays qu’on ne quitte jamais vraiment.

    [youtube]http://youtu.be/Y34BUUKhP0A[/youtube]

    Dimanche 5 janvier 2014

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    • langlard yannick

      excellent documentaire.

    • Philippe daudre

      Bonjour, etant ternois d origine j ai habité cite roosvelt de 1964 a 1975,je suis heureux d etre tombé sur ce blog lire ces petits textes me font vraiment plaisir car il me rappelle ma jeunesse heureuse cite roosvelt je me revois avec tout les copains de mon age jouant derriere les immeubles le long du canal ,pêchant dans le canal ,passant le mur pour aller jouė dans la raffinerie bien que ce soit interdit,aller sur la passerelle voir passer les trains bref que des bons souvenirs et je vous remercie pour ça.Cordialement

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Pluie sur Paris, guerres, Allemagne et gueules cassées

      Ces derniers temps, il pleut souvent quand je vais à Paris. Il pleuvait ...

     Florida ou l’énergie sexy

        Que veux-tu, lectrice adulée, adorée, convoitée, sensuelle et sans suite, je suis ...

    Du rock sous le baroque, des souvenirs en lambeaux

             Je suis peu allé écouter de concerts à l’auditorium Dutilleux, ...

    « Tom Traubert’s Blues », poignant chef-d’oeuvre de Tom Waits

    Il pleuvait. Ou il ne pleuvait pas. Je ne sais plus. Disons qu’il pleuvait ...

    Ma vie rock et mes coïncidences de caniveaux

          Ma vie de marquis déchu et désargenté n’est faite que de ...

    Politiquement correct : Gardin notre sang-froid

          Les femmes m’ont beaucoup appris. Moi qui, en dehors de Louis ...