Pop Story, Ma Loute, Jean-Pierre Prault et Roger Vailland

    Je crois qu’il faisait gris à Amiens. Je revois le reflet grisâtre du temps contre la vitrine du Courrier picard. J’avais reçu Jean-Luc Barberi et Jean-François Jacquier, respectivement président et directeur de la publication, et responsable de la stratégie éditoriale de Pop Story, dans le hall, équipé d’un mobilier de plastique rouge comme le sang de Jean Catelas, député communiste décapité par les salopards de nazis et du gouvernement de Vichy, oncle de Maurice Catelas, premier président de la géniale coopérative ouvrière qui soutint jusqu’il y a peu notre journal. Leur but? Me présenter Pop Story, un bimestriel que j’ai entre les mains alors que je suis en train de taper cette chronique. «Chaque article est écrit à la manière d’un micro-roman du réel», confie Jean-Luc Barberie dans son éditorial. «À travers des genres populaires comme le thriller, la love story, le roman noir, le roman de guerre ou le manga, Pop Story revient aux fondamentaux qui unissaient la presse et la littérature populaire.» Il rappelle aussi que dans sa revue «il y a une place pour la caricature, mais l’on ne se moque jamais inutilement des personnages que l’on fait connaître.» Voilà qui est dit. Le portrait de Macron est remarquable. L’accroche du papier parle d’elle-même et donne le ton: «Professeur de lettres, mariée et mère de trois enfants, issue d’une famille d’honorables confiseurs, qu’est-ce qui a pu amener Brigitte Trogneux à cette rupture: tout quitter pour consacrer sa vie à l’un de ses élèves, le brillant Emmanuel Macron, de vingt-quatre ans son cadet. Une passion et une ambition qui la place sous les feux de l’actualité quitte à se brûler les ailes.» Le très long article qui suit est un régal : pas de cadeaux au ministre, mais pas une once de méchanceté non plus. À lire également: « Le game of trône national», un roman photos hilarant sur la famille FN. Encore un vrai régal! En parlant de régal, je suis allé voir le film Ma Loute, de Bruno Dumont. Totalement cinglé, excellent, foutraque. De grands bourgeois du Nord de la France débiles car mariés entre eux, donc soucis de consanguinité, vont en vacances dans la baie de la Slack. Ils sont confrontés à de mystérieuses disparitions et à des autochtones tout aussi cintrés et consanguins (mais eux n’ont pas le choix, malmenés par l’odieux capitalisme).

    L'excellent et sympa Jean-Pierre Prault, récemment, à Reims.
    L’excellent et sympa Jean-Pierre Prault, récemment, à Reims.

    et Jean-Luc Vincent excellent dans ces rôles burlesques. Qu’en aurait pensé Roger Vailland, le hussard rouge, le communiste authentique? Je suis allé devant sa maison rémoise du 283 de l’avenue de Laon, en compagnie de mon bon camarade Jean-Pierre Prault, ancien journaliste sportif à L’Union, aujourd’hui vidéaste spécialisé dans le sport et la culture. Nous déplorâmes qu’aucune plaque n’orne la façade l’habitation des parents d’un des plus grands stylistes du XXe siècle. «Aussi honteux que la loi El Khomri, que les trahisons de la fausse gauche chère à Macron, et que le féodalisme consanguin des grands bourgeois du Nord de la France au XXe.» Voilà ce qu’eût dit le marxiste Vailland.

                                           Dimanche 22 mai 2016

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Animaux, roucoulades et musiques anciennes

          Les animaux d’abord. Depuis que je me suis rendu dans le ...

    Bons moments au Gaumont

    Il est jeune, cultivé, littéraire, cinéphile, passionné et dynamique. Alban Rastelli, 42 ans, est ...

    La chanson et LaChantal

          David Noyelle, alias LaChantal, illumine depuis des années nos nuits amiénoises. LaChantal est un ...

    Etang et tanche

             Les rentrées ne sont jamais très amusantes. J’avance place Gambetta, ...

    Le froid sec de l’hiver de Saint-Quentin en 1971

    J’aime beaucoup la ville de Saint-Quentin. J’y ai longuement séjourné, puis vécu. Séjourné (le ...

    Elle embrasse un lépreux et attrape la peste

     « Elle embrasse un lépreux et attrape la peste. » Cette phrase n’est pas de Woody ...