Sous le charme du dernier film de Jodorowsky

     

    Albin de la Simone.

    Qu’est-ce qui fait qu’on tombe sous le charme d’un livre, d’un film, d’une fille, d’un paysage? De quoi est constitué cet élan mystérieux, ce coup de cœur, ce coup de foudre dans lequel on s’installe, par lequel on se laisse porter, sous lequel on se laisse mouiller comme sous une douce averse de septembre? Après la violence passionnelle du coup de foudre, la douceur humide du plaisir.Je me suis installé dans La Danza de la Realidad, dernier film du génial Alejandro Jodorowsky, projeté, en ce moment, au ciné Saint-Leu, à Amiens, comme sous la pluie tiède et acidulée du bonheur. J’ai adoré. Pourquoi? Difficile à dire. L’histoire certainement. Cette manière d’autobiographie du Jodo (né au Chili en1929, dans la petite ville de Tocopilla, où il a tourné son film) est bouleversante car, un peu comme le dernier roman de Yann Moix, c’est un ovni. Ça ne ressemble à rien. Et c’est épatant, violent, fort, séduisant, généreux, à la fois lyrique et taiseux, excessif, boursouflé et concis. Terriblement latin. On est à mille lieux des productions des intellectuels, des penseurs, des impuissances analytiques, des emmerdeurs patentés, des prétentieux du 7e art. Jodorowsky montre ce qu’il ressent, raconte, se souvient, transfigure, invente, sincère, angoissé, joyeux. Son film pue la vie. C’est délicieux. On y retrouve son enfance, son éducation dure, violente, administré par un père stalinien qui croit bien faire (quelle belle idée de faire jouer le rôle de son daron par son propre fils, Brontis Jodorowsky!) Tout est folie, poésie brute, tendresse rentrée. C’est du grand art. Sous le charme, je le fus encore en écoutant Un homme, le dernier album de l’Amiénois Albin de la Simone. Il s’agit, sans aucun doute, de son album le plus abouti. Une douceur rassérénante émane de ses chansons dans lesquelles il s’interroge sur le rôle de l’homme dans la société, dans le couple. Je n’ai pas manqué d’aller interviewer Albin, à la terrasse du café Place Verte, rue d’Oberkampf. Le soleil nous faisait cligner des yeux. Il se souvenait que notre première rencontre, à Paris, avait eu lieu dans le bar de l’hôtel Lutetia. C’était il y a combien temps? Dix ans certainement. Et la première fois que j’ai entendu parler de Jodorowsky, c’était en1973, chez Odette, café des Halles, à Saint-Quentin. J’irai comme un cheval fou, d’Arrabal, venait de sortir sur les écrans. Nous fumions des gauloises jaunes, goût maryland.

    Dimanche 29 septembre 2013.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La page 112 des Liaisons dangereuses

          Le Prix de la page 112 est une distinction littéraire qui ...

    Lucrèce et l’eau lourde

      Plus jamais je ne me moquerai des filles qui ont très fort envie ...

    Le moral? Dans mille ans, ça ira mieux

    L’humeur. Le moral. Tout un programme. Il y a peu, je l’avais dans les ...

    Sublime, tout simplement !

                                         «Near Death Experience», dernier film de Benoît Delépine et Gustave Kervern, avec Michel ...

    Bonne année, chère Annick, lectrice du présent

          Une admiratrice prénommée Annick, de l’est du département de la Somme, ...

    Confiné au jardin : range ton bois

      «Regardez-moi ça, ce bordel! Incroyable! Ce que je peux être cossard!» Voilà ce ...