Succession de saynètes : quelle aventure!

           

    Quartier Saint-Leu, à Amiens. La Marquise est à Lille; elle me manque.

    Et si la vie n’était qu’une succession de petites scènes? Saynètes plus ou moins reliées entre elles. Parfois oui; parfois non. Parfois sans queue ni tête. On pourrait se croire dans ces films italiens (ou pas) fait de courts-métrages. Des sortes de romans par nouvelles. Et si la vie n’était qu’une succession de petites scènes? De saynètes. Sans importance, comme les petits bals sans importance de mes dix-huit ans, dans le Soissonnais, le Vermandois, le Santerre, le Sud de l’Aisne. C’est si loin tout ça. Des saynètes, dis-je. Port d’Aval, un matin gris couleur de vieil étain. Suis en voiture. À gauche, la Somme dont les eaux d’un vert uniforme Wehrmach file vers Saint-Valery-sur-Somme. À gauche: les locaux du Secours populaire. Suis arrêté à un feu tricolore. Je regarde. Un ouvrier creuse une tranchée; un autre manie un chalumeau, clope au bec. Soudain, ce dernier allume sa cigarette à l’aide de la gigantesque flamme du chalumeau. Puis, reprend la soudure comme si de rien n’était. «Il doit avoir l’habitude», me dis-je, ébahi. «Moi, je me serais brûlé la gueule, et j’aurais dû contacter le professeur Duvauchelle pour qu’il me reconstitue ma gueule de Hussard du BDM.». Dans mon autoradio, Benjamin Biolay semble se moquer de moi. Mais non; il est grave. Ce magnifique morceau qu’est «La superbe». Ça me colle des frissons. J’oublie le chalumeau; j’écoute. Je rêve. «On reste Dieu merci à la merci d’un engrenage/ D’un verre de Campari, du bon vouloir de l’équipage/ Paris est petit quand on le regagne à la nage/ Quelle aventure, quelle aventure…» Autre petite scène; autre saynète. Je suis à Saint-Leu, un soir de mélancolie. La Marquise est à Lille; elle me manque. Je traîne. M’installe au comptoir d’un café au nom inconnu, près du Living. De clients dégustent des huîtres et des bulots. Moi, je bois une bière en regardant les illuminations de Noël. Je sors. Froid humide. On se croirait dans un roman de Simenon, devant la maison d’un notaire qui ne va pas tarder à zigouiller sa maîtresse. Mais non; je ne suis qu’à Amiens (80). Un dimanche soir de spleen baudelairien. Je marche. La rambarde qui entoure le bras de la Somme, place du Dom, est glacée comme les bois des rennes du Père Noël. Autre bar: autre bière. Les clients matent de gigantesques écrans de télé sur lesquels défilent les images du match de foot Monaco-PSG. Je me fous du foot. Je ne regarde que Saint-Leu, les illuminations perdues tout au fond de la brume grise et presque givrée. Saint-Leu où j’ai résidé quand je suis arrivé à Amiens, en septembre 2003. Des visages de filles me reviennent. Je me tais; je pense. Cathie, la brune. Lady B., sensuelle. Léo, lolita gracile comme un faon. Lou, of course, grande Didiche, chanteuse. Toutes ces filles, toutes ces femmes, toutes ces saynètes. Et si la vie n’était qu’une succession de petites scènes. Je pense à Lille, à la Marquise. Demain, peut-être que le jour se lèvera.

                                                            Dimanche 3 décembre 2017.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Zabou dans ma tête

    Zabou dans ma tête. Elle est bien bonne celle-là. J’aime les titres comme ça: ...

       D’un « M » qui veut dire Montana

    Un soir de novembre, café l’Aquarium, boulevard Voltaire, Paris (XIe). Suis en terrasse. Pas ...

    La crampe de l’écrivain

      La crampe de l’écrivain. Ce n’est pas une légende, lectrice des Dessous chics, ...

    Tous ces scooters qui me tournent autour

       Trois possibilités: mon recueil de nouvelles, Scooters (Le Rocher, 1994), va être réédité. ...

    Le bistrot de la dame blonde des temps anciens

                   Il y a peu, Rémi Mauger, journaliste à France 3 Basse-Normandie, m’appelait au journal. ...