Yul Dosière

    René Dosière (2e en partant de la gauche, en chemise bleue) et le sympathique et tonitruant picardisant Jean-Pierre Semblat (4e en partant de la gauche) lors d'un repas très festif. René Dosière a même chanté quelques vieilles chansons françaises.
    René Dosière (2e en partant de la gauche, en chemise bleue) et le sympathique et tonitruant picardisant Jean-Pierre Semblat (4e en partant de la gauche) lors d’un repas très festif. René Dosière a même chanté quelques vieilles chansons françaises.

        Un feuillet, c’est court, lectrice ma fée charnelle, mon désir, ma convoitise, mon petit animal. C‘est la dimension de la chronique que tu es en train de dévorer des yeux, en ce dimanche matin, alors que ton mari est au PMU, à la chasse ou en train de s’esquinter la santé au footing. Toi tu me lis. Tu as raison. Il n’y a rien de tel que l’infidélité littéraire pour entretenir la libido. De plus, si tu te fais pincer (pincer, quoi ? Mais non pas pincer les… enfin tu me comprends), tu ne risques pas grand-chose devant le juge des affaires matrimoniales. Il y a jurisprudence. Plusieurs maris, jaloux comme des brouettes de poux de la crête de Wimy en avril 1917, ont bien tenté de demander le divorce après qu’ils eurent surpris leurs épouses en train de dévorer les Dessous chics. Ils ont tous été déboutés. Donc, lis-moi sans crainte. Tout ça pour te dire qu’un feuillet, c’est court. Je suis donc contraint de faire un retour sur mon escapade au lycée Henri-Martin, à Saint-Quentin, que j’évoquais en cette même place la semaine dernière. Je n’ai pas pu raconter ma rencontre, lors des retrouvailles des anciens élèves de l’établissement, avec Roland Renard, maire de Montescourt-Lizerolles. Roland et moi avons évoqué les jours d’antan, quand j’étais jeune journaliste à L’Aisne Nouvelle, et que je couvrais le secteur à bord de ma vieille Peugeot 304. Les inaugurations, le mousseux, les cérémonies du 11-Novembre… Tout ce qui fait le plaisir du métier de localier. Je garde de Roland l’image d’un élu épatant, proche du peuple et de ses électeurs. Sympa avec les journalistes. Autre belle rencontre : celle de René Dosière, élu incontournable et surtout écrivain, un ancien d’Henri-Martin, qui, me confia une précieuse lettre. Datée du 28 février 1957, elle est l’œuvre du proviseur du dit lycée, et s’adresse au père de René, instituteur à Origny-Sainte-Benoîte. Le ton de la missive est plein d’humour, de retenu. A l’ancienne. Il y écrit : « J’ai le regret de vous faire savoir que je ne pourrai admettre au Lycée Henri-Martin votre fils René Dosière tant qu’il prétendra se présenter à ses professeurs et condisciples avec une allure aussi originale que parfaitement ridicule. Désireux sans doute de ressembler à un acteur de cinéma adulé par un certain public qui confond originalité avec intelligence et talent, votre fils a confié sa tête à un artisan Figaro, qui, au prix d’une coupe de cheveux affectée vraisemblablement d’un respectable coefficient a dénudé son crâne à la manière d’une coquille d’œuf. » René, pour ressembler à Yul Brynner, s’était fait raser le crâne. Après Mai 68, ce sont les cheveux longs que les proviseurs combattront. Avant d’en terminer, lectrice, je voudrais te dire l’immense plaisir que j’ai éprouvé en assistant à l’hommage à Desproges et à Brassens, au cirque d’Amiens, il y a quelques jours, grâce à Dominique Leroy et la bande de Charlie Hebdo. Dans le spectacle un violoniste impressionnant de virtuosité, de talent, d’inventivité : il se nomme Yves Teicher. Un prince.

                                               Dimanche 19 octobre 2014

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les frères morts me font revivre

      Je vais certainement me répéter, lectrice, mon amour souhaité et sous peu consommé. ...

    Pour Jacques Duclos et Felice Gimondi

    Quel bonheur de descendre, par une journée de presque printemps, à la station de ...

    J’écoute une radio bolchevique

      Marine Le Pen est en train de devenir aussi amusante que son père, ...

    Les jésuites et la colère noire des Gilets jaunes

        Plaisir, toujours et encore, de participer à l’opération Leitura Furiosa, proposée par ...

    La nuit folk d’un atmosphériste

           Mes détracteurs affirment que je pourrais travailler à la Météo. Ils ...