Du côté de chez Pierre, de la France et du rock

    Pierre de Chocqueuse.

    En compagnie de mon adorable petite amie, j’ai passé l’avant-dernier jour de l’année, boulevard Beaumarchais, à Paris, chez Bénédicte et Pierre de Chocqueuse. Ancien rédacteur en chef du mensuel Jazz Hot, collaborateur de Jazzman, puis de Jazz Magazine, secrétaire général de l’Académie de Jazz, il fut, à la fin des années 1970-80, pigiste à la revue Best, chargé du jazz, du jazz-rock et du rock progressif. Cela faisait une quarantaine d’années que je n’avais pas revu Pierre, mais je me souvenais parfaitement de lui. Il fut l’un des journalistes qui – avec les regrettés Christian Lebrun, rédacteur en chef, et Stéphane Heurtaux, maquettiste (qui, un matin de début mai 1977 m’ouvrirent la porte de la rédaction de Best, située au 6e étage du 23 de la rue d’Antin, dans le IIe arrondissement) – me témoignèrent à moi, le minuscule Ternois, l’accueil le plus chaleureux, le plus fraternel. Je ne l’oublierai jamais. (À ce propos, je n’ai pas manqué d’évoquer Pierre dans mon premier et très autobiographique premier roman, Rock d’Issy, réédité et augmenté d’un court récit – Féline – un peu plus tard chez Mille et Une Nuits, sous le titre de Tendre Rock, titre que m’avait soufflé dans un taxi l’ami Éric Neuhoff en me disant que ça sonnait terriblement Morand.) J’ai retrouvé la trace de Pierre grâce à ma petite fiancée qui est amie avec lui depuis de nombreuses années, à la faveur d’un voisinage situé du côté de la rue de l’Abbé-Grégoire, et de leurs enfants qui fréquentaient la même école. Faut-il préciser qu’autour d’un délicieux dîner concocté par l’adorable Bénédicte, nous avons remonté le temps? Best. Nous étions jeunes, libres; nous n’avions pas peur de grand-chose. Nous dévorions la musique comme un plat rare et épicé. Lui, le jazz, le jazz-rock, le rock progressif; moi, le blues, le rock’n’roll et le punk qui arrivait tel un tsunami dans un Paris printanier. Tout en versant dans mon verre un succulent mâcon blanc, il m’apprit une bien mauvaise nouvelle: le décès, quinze ans plus tôt, de Stéphane Heurtaux. Stéphane n’était pas seulement le créatif maquettiste de Best, fou de reggae et de la Jamaïque (ses deux séjours réalisés aux côtés du critique rock Francis Dordor valent leur pesant de ganja!); il était aussi le petit-fils d’Alfred Heurtaux, as de l’aviation au cours de la Première guerre mondiale (c’est lui qui abattit, le 25 novembre 1916, au-dessus de Villers-Carbonnel, l’aviateur allemand Kurt Wintgens), patriote exemplaire, résistant courageux, déporté à Buchenwald, compagnon de la Libération. Lui-même issu d’une très vieille famille française – son ancêtre, Jean Le Caron, receveur des aydes de la ville d’Amiens et échevin, fut désigné, en 1501, maître de la confrérie Notre-Dame-du-Puy, célèbre dans la capitale picarde–, Pierre me rappela cela. Mais, en 1977, Stéphane et moi, nous ne parlions pas du courage de son grand-père, éblouis que nous étions par les lumières de l’époque, abasourdis par Peter Tosh, Bob Marley, Sex Pistols et les Damned. Nous avions à peine 30 ans. À 21 ans, Alfred Heurtaux, lui, obtenait sa première citation après avoir été blessé d’un coup de lance par un uhlan allemand. Il avait 21 ans.

                                                          Dimanche 5 janvier 2020.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    SUPER !SUPER !
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Dans les quartiers de l’espoir

    Isabelle Rome a recueilli les propos des jeunes de Creil. Elle signait son livre, ...

    Les coups de coeur du marquis

    Jacques Darras dans la NRF Après avoir publié, l’an passé un remarquable essai intitulé ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Michel Pruvot revient à la chanson Acordéoniste vedette, musicien, chanteur, auteur-compositeur, l’Abbevillois Michel Pruvot ...

    Les coups de coeur du marquis…

                                  Le Strasbourgeois qui aimait l‘Est Un chanteur qui est aussi spécialiste de l’aviation ...

    Lecture : conseil de confiné

      Vous êtes confiné ? Profitez-en pour lire. Pour vous aiguiller un peu, voici ...

    Eulalie, foie gras frais et littérature

         J’ai pris ma voiture, mon carrosse Peugeot 206 (tiré par 5 CV) ...