Gazé dans le terrier de mes convictions

    François Flamment, 50 ans, mon seul et unique lecteur de ma chronique “Les Dessous chics”.
    François Flamment, mon seul lecteur, dans le cortège.

    François Flamment, 50 ans, d’Amiens, ancien instituteur, aujourd’hui à la recherche d’un emploi (avis : c’est un garçon charmant, cultivé et discret) adore lire les Dessous chics. Je pourrais écrire que c’est un homme de goût, mais je m’abstiendrai. Lorsqu’il me voit, mardi, devant la Maison de la culture d’Amiens, à la faveur du rassemblement de la grande manifestation contre la réforme des retraites proposée par MM. Macron et Philippe, il s’avance vers moi; nous faisons un brin de causette parmi les pétarades de mes frères cheminots et le brouhaha des manifestants.

    Jean-Mac Chevauché réchauffé par la flamme d’un manifestant.

    Cela n’échappe pas à mon camarade syndiqué, Jean-Marc, confrère du Courrier picard, qui, à son tour, se joint à notre discussion. Je lui présente François comme un lecteur des Dessous chics. «Ton seul lecteur, tu veux dire!» lance-t-il avec l’humour vachard qui le caractérise.

    “Je salue mes copains du collectif Les Poneys, du BDM.”

    Je salue mes amis du collectif les Poneys, copains du BDM. Le cortège, alors, s’ébroue vers le Sud sous un ciel menaçant. Nous suivons d’abord, mon seul lecteur et moi, le ballon de la CGT, mon cher syndicat, puis la camionnette de celui-ci car, en bon ancien critique de rock, j’ai repéré qu’il diffuse de toniques chansons engagées, voire enragées; tout cela n’est pas pour me déplaire. MM. Macron et Philippe, et leur équipe d’ultralibéraux antisociaux, me contrarient fort, ces derniers temps. Un peu de musique équipée de paroles hostiles à l’esprit de leurs coups tordus me ravit. Au fond, je suis un homme simple. Toutes les femmes et filles qui ont traversé ma vie d’errance, de misère et d’excès ont toujours su en témoigner quand il le fallait. «Un grand soleil noir tourne sur la vallée/ Cheminées muettes, portails verrouillés/ Wagons immobiles, tours abandonnées/ Plus de flamme orange dans le ciel mouillé…» On dirait du Blaise Cendrars; c’est du Bernard Lavilliers. «Les mains d’or». C’est superbe. Nous passons devant le bâtiment de la CAF, sur le boulevard. Je vibre; je rêve. Je pense à mes rencontres anciennes avec Lavilliers. Nos longues discussions autour de Cendrars, justement. J’étais chez Best, 23, rue d’Antin, à Paris. Déjà marxiste, petit-fils et fils de cheminot, enfant de Tergnier-la-Rouge, enragé contre le capitalisme. Pourtant, Giscard, malgré ses bijoux, n’était pas Macron; lui, fichait à peu près la paix aux acquis sociaux que nos anciens avaient arrachés aux doigts crochus du haut patronat.

    Rimbaud pleure.

    Je me retourne, aperçois une pancarte d’un Rimbaud en pleurs, brandie par des enseignants, et une autre, hilarante : «La cité se colère.». D’autres paroles s’égrènent de la camionnette cégétiste: «Petit papa Macron», un pastiche de «Petit Papa Noël», un brûlot de Thomas Gaëtan; puis, il est question de «Lenine burgers» et de «femmes qui portent des faux cils». A l’angle de la rue des Otages, la police. Fumigènes. Je fonce en première ligne avec les Gilets jaunes qui n’ont peur de rien. Nous sommes cinq ou six à nous faire gazer sévère. Je pleure comme Rimbaud, mais j’écris moins bien. Une ancienne amie très très chère s’inquiète; elle me dit qu’il faut du «sérum phy». Je comprends qu’elle veut dire «sérum physiologique». Les filles sont amusantes et douces. Même sur les manifestations. Gazé comme un vieux renard dans le terrier de mes convictions qui emmerdent la modernité prônée par les ultralibéraux du macronisme. A 63 ans, est-ce bien raisonnable?

    Belle pancarte pleine d’humour “La cité se colère.”
    Près du Rectorat.
    La célèbre cégétiste Catherine Massalon photographie la manifestation.
    Près du ballon de la CGT.

                                                            Dimanche 22 décembre 2019.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Claudio Capéo et ses chansons de marins de l’Est

        Je regarde peu la télévision. C’est peut-être pour ça que je connaissais ...

    Du bio à Vailland

        On change ; on change tous. Et quand on a changé, nous éprouvons ...

       D’un « M » qui veut dire Montana

    Un soir de novembre, café l’Aquarium, boulevard Voltaire, Paris (XIe). Suis en terrasse. Pas ...

    La solitude du pêcheur de fond

    L’avantage de la solitude, c’est qu’on peut faire à peu près n’importe quoi de ...

    Julien Clerc : « Maurice Vallet faisait partie de ma vie »

    Avant ses concerts en Picardie, Julien Clerc nous a accordé une longue interview à ...

    Lacoche à la galerie Pop up, à Amiens

    Lacoche, lors du lancement de son livre, Les Dessous chics (éd. La Thébaïde), à ...