La carte du fan club de Scorpions que m’avait fait signer Herman Rarebell. (Photos : Philippe Lacoche.)

           L’époque n’est guère réjouissante. Je viens d’apprendre avec peine le décès d’Anne-Marie Adda, talentueuse illustratrice, notamment des couvertures des livres des éditions du Dilettante, l’un de mes tout premiers éditeurs. C’était au début des années 1990. Nous étions quelques jeunes Turcs, soutenus par cette belle maison : le regretté Eric Holder, Vincent Ravalec, Marc-Edouard Nabe, etc. Un peu plus tard, Anna Gavalda nous rejoignit, hissant le Dilettante vers le succès. Grâce à ses couvertures originales, singulières, Anne-Marie rendait nos livres attrayants. Je me souviens que pour mon roman Le Pêcheur de nuages, elle dessina avec une infinie précision des cuillers destinées à capturer les carnassiers. Lorsque je m’étonnais qu’elle connût si bien ce petit matériel très particulier, elle m’avoua tout de go qu’elle adorait s’adonner, elle aussi, à la pêche à la ligne. Repose en paix, chère illustratrice des nuages. Si le décès d’Anne-Marie Adda n’est pas dû au coronavirus, il n’en est pas de même pour celui de Nicky Fasquelle, ancienne directrice du Magazine littéraire. Collaborateur régulier de cette revue au cours des années 1990, je l’ai souvent côtoyée à cette époque. C’était une femme vive, d’une intelligence rare, franche, très directe, folle de littérature. Elle ne mâchait pas ses mots. Et, souvent, son rire étincelant résonnait dans les locaux de la revue, rue des Saints-Pères. Nicky – à l’instar du regretté Jean-Jacques Brochier, rédacteur en chef – rencontra des écrivains majeurs : Roger Vailland, Kléber Haedens, Michel Déon, Jacques Laurent, tous les hussards, et bien d’autres. Dans la dernière livraison de la revue La Règle du Jeu, Yann Moix lui rend un hommage magnifique et très juste. Nicky va nous manquer. Autre victime de cette saleté de coronavirus : le chanteur Christophe. Il incarnait l’élégance même. Contrairement à ce que certains pensent, même ses chansons de l’époque Yé-Yé et des années 1970 («Aline», «Les Mots bleus», «Les Paradis perdus», etc.) n’étaient rien d’autres que de petits bijoux. Leurs mélodies ont marqué à jamais nos mémoires. Dès le début des années 1990, il avait fait montre de son immense talent. En compagnie de mon amie Susie, je l’avais rencontré dans les loges de la Maison de la culture d’Amiens lors d’un de ces concerts. Il s’était montré d’une infinie délicatesse et d’une grande élégance. Tout au long de sa prestation, il n’avait cessé de rendre hommage à son ami Bashung qui nous avait quittés peu de temps avant. Cette pandémie m’en rappelle une autre : celle du VIH dans les années 1980. Nombreux furent les proches, les amis, les connaissances, les collègues qui furent fauchés par ce terrible virus. Je me souviens du critique de rock Claude P., qui, alors travaillait comme attaché de presse dans une maison de disques. Il m’avait accompagné à Strasbourg où je devais interviewer le groupe Scorpions. C’était un garçon discret, cultivé, passionné. Quelques années plus tard, il décédait après avoir contracté le sida. Je pense à lui car j’ai retrouvé, il y a quelques jours, à l’intérieur de mon exemplaire du livre La Dentellière, de Pascal Lainé, la carte de membre du fan club de Scorpions que m’avait fait signer le batteur et chanteur du groupe : Herman Rarebell. Lorsque ce dernier remplissait le document, Claude P. devait se trouver à mes côtés. Il n’avait pas trente ans.

    Dimanche 19 avril 2020.

    La carte retrouvée à l’intérieur de l’exemplaire de “la dentellière”, roman de Pascal Lainé.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    TRISTETRISTE
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Embareck s’abandonne

     Les écrivains ne sont jamais aussi bons que lorsqu’ils ne font plus les écrivains, ...

    Confiné au jardin : dents du bonheur veut des œufs frais

    La petite fiancée du jardinier confiné ne manque pas de projets. Depuis quelques mois, ...

    La brise littéraire et le vent de l’Histoire

        La républicaine Danièle Sallenave revient dans son Anjou d’origine, clérical et conservateur. ...

    Daniel Darc dans la lumière

    Le livre d’entretiens menés par le journaliste Bertrand Dicale éclaire le regretté rocker d’un ...

    L’allégresse des quasi-morts

    Davy Sardou, le fils du chanteur, à l’affiche dans «Hôtel des deux mondes», d’Eric-Emmanuel ...

    Le marquis à l’Académie et le prix des bulles

    L’amitié mène à tout; même à l’Académie française. Ainsi, le dernier jour de ce ...