Je me souviens de ma mère qui se souvenait…

                   

     

    Je fis un tour de piste, tout près des quatorze concurrents du prix Pierre Verva.

    Il faisait si beau en ce dimanche d’hiver qui se prenait pour un dimanche de printemps. Et l’hippodrome était si près de ma chère maison de résistant de l’avenue Louis-Blanc… Il m’était impossible de résister. D’où provient ma passion pour les courses hippiques et les chevaux? De ma chère maman. Je me souviens que le samedi, elle me demandait de lui rapporter France-Soir, Paris-Turf et Paris Jour. Le soir, alors que le téléviseur en noir et blanc Ribet-Desjardins expulsait les rassurantes images des Trente glorieuses, elle étalait sur la toile cirée de la table de la cuisine les trois journaux. Elle notait, pointait, comparait, s’exprimait, réfléchissait comme si elle eût écrit une dissertation de philosophie elle qui avait cessé ses études au certificat d’étude, à l’issue d’une scolarité réalisée à l’école primaire de Silly-le-Long (Oise). Je me souviens des noms des jockeys (Poincelet, Piggott, Samani, Yves Saint-Martin, etc.) l’été et le printemps, et l’hiver et l’automne ceux des drivers (Jean-René Gougeon, Minou Gougeon, Henri Lévesque, etc.). Et les noms de certains chevaux trottent ou galopent, grâce à ma mère, sur les pistes cendrées ou gazonnées de ma mémoire enfant: Oscar RL, Ozo, Roquepine, Famous. Tout se mélange; c’est bon. Je rêve. Je suis ailleurs alors, qu’une fois de plus, dehors il fait un soleil, éclatant et que je tape cette chronique au cinquième étage de l’immeuble du 5 du boulevard Port d’Aval, à Amiens, nouveau siège de notre cher Courrier picard. Je revois les borderaux de tiercé ou de couplé que ma mère poinçonnait à l’aide d’une pince qui avait la forme d’une tête de dauphin. Le dimanche matin, elle partait à bicyclette – bicyclette qui lui servait à effectuer les livraisons dans le cadre son activité de représentante des produits de beauté Avon – chez Picoulet, le café-tabac-PMU de Tergnier pour y amener ses paris. Derrière une table de bois, cinq ou six hommes, des cheminots pour la plupart qui poinçonnaient les tickets des turfistes du dimanche. L’un d’eux, le plus célèbre: Gilbert Thuet, un ancien résistant, copain de mon père, correspondant de L’Aisne Nouvelle à Tergnier. Devant lui: un verre de Byrrh ou de Cinzano, et un cendrier dans lequel finissait de se consumer une cigarette blonde. Le dimanche 24 février 2019, dans les tribunes de l’hippodrome écrasées par le soleil blanc d’hiver, tout cela me remontait. J’arrivai pour l’inauguration et le crémant d’Alsace, conversai avec quelques amis (Daniel et Didier, tous deux amis de mon regretté confrère Jacques Béal), et fis un tour de piste, tout près des quatorze concurrents du Prix Pierre Verva, 2 400 mètres, départ à l’autostart, réservé aux poulains entiers et aux hongres de 4 ans, à bord de la Citroën 2 CV de collection conduite par Baptiste, de l’association Car Entr’Aid (qui œuvre notamment au profit des enfants hospitalisés). Derrière, avaient pris place ma consœur et copine Sophie Crimon, et son ami Stéphane Picard. La vitre avant droite de la 2 CV était ouverte; un vent tiède s’y engouffrait, transportant les encouragements, les agacements, et mini-injures des drivers. Je les écoutais à peine. Je revoyais les pinces en têtes de dauphins. J’avais cinq ou six ans; j’étais bien niché dans le nid de l’enfance et des Trente glorieuses. Et ma mère, ma chère mère, alors, se souvenait de tout…

    Dimanche 3 mars 2019.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    4
    J'ADOREJ'ADORE
    2
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les coups de coeur du marquis

    Qui est sur scène? Du lourd! Le légendaire groupe britannique avait donné, le 4 ...

    Un après-midi d’hiver à Tergnier

          Météo France annonçait de la neige. Il n’y en avait pas ...

    Yul Dosière

        Un feuillet, c’est court, lectrice ma fée charnelle, mon désir, ma convoitise, mon ...

      Quand Cérésa fondit pour Fonda

       François Cérésa jubile dans un roman gouleyant qui mêle cinéma, littérature et lieux ...

    Les coups de coeur du marquis…

                                  Le Strasbourgeois qui aimait l‘Est Un chanteur qui est aussi spécialiste de l’aviation ...

    L’élégance française contre l’Europe allemande et des marchés

     Chez mon notaire, alors que j’étais dans la salle d’attente en train de lire, ...