Jours tranquilles à Saint-Denis

                               

    Un jeune homme et sa compagne emménagent à Saint-Denis. Dans son journal, il décrit ce qu’il voit. Un premier roman tendre et réussi signé Paul Besson.

    Né en 1987, Paul Besson a effectué de nombreux petits boulots après ses études de philosophie. Il sort aujourd’hui son premier roman.

    Henry Miller a écrit Jours tranquilles à Clichy; Paul Besson eût pu intituler son roman Jours tranquilles à Saint-Denis. Il a opté pour Paris-Saint-Denis qui n’est pas mal non plus. Que nous raconte-t-il dans cet ouvrage?

    «Le ton est neutre, comme celui d’un journal ou d’un reportage. On se laisse prendre;on le suit pas à pas.»

    Il évoque les pérégrinations de Paul, son double, qui vient de terminer ses études de philosophie, mais ce qui l’intéresse, au fond, c’est la musique et le théâtre. (Il écrit des chansons et tente de terminer un roman.) Pour survivre, il passe d’un petit boulot à une autre, vend du vin ou de la bière, à la faveur d’animations, dans des supermarchés: «En plein milieu de ce mois de ramadan, je fus convié à faire la promotion de plusieurs bières aux noms charmants: La Levrette, la Quéquette, et la Fessée, au Leclerc de Saint-Ouen.»

    Il cherche un appartement pour vivre en compagnie de sa copine Carine. Il aimerait bien habiter à Paris, mais c’est bien trop cher. Alors, ils procèdent à des visites en banlieue et finissent par trouver un logement à Saint-Denis. En novembre 2016, alors qu’il est en train de déjeuner avec son père dans une brasserie, celui-ci lui lance: «Tu devrais écrire un journal. Un journal sur ton bonheur à Saint-Denis.» Est-il nécessaire de préciser que Paul se mettra à l’ouvrage et écrira son Paris-Saint-Denis?

    Pari réussi. Paul Besson porte un regard à la fois étonné et amusé sur ses déambulations dans cette ville. Le ton est neutre, comme celui d’un journal ou d’un reportage. On se laisse prendre; on le suit pas à pas. Là, il explique comment et pourquoi les Dyonisiens aiment leur cité. «Je les comprends, je l’ai aimée dès les premiers jours», note-t-il, page 32. Un peu plus loin, il observe les pauvres et les clients des grandes surfaces, et surtout, leurs achats qui défilent sur le tapis roulant de la caisse: «Trois bouteilles de soda, six boîtes de thon et du pain de mie blanc, souvent quelques canettes de bière forte en plus. Le tout en hard discount, parce que c’est moins cher. Ce qu’on met dans la gueule des pauvres.» Joli petit coup pied dans cette déguelasserie indéfendable qu’est le capitalisme…

    De drôles d’oiseaux

    Il rencontre aussi de drôles d’oiseaux: «J’ai sympathisé avec un grand bonhomme au visage abîmé. Il était costaud mais semblait souffrir. En fait, il attendait que son dealer revienne. C’était un fumeur de crack.» De drôles d’oiseaux, oui; cependant, aucun ne se révèle menaçant à son endroit. «(…) je pense que les deux avaient reconnu que je n’étais pas une menace pour eux. Dans les jeux vidéo, on parle de PNJ (personnages non jouables).» Il y a aussi ce coiffeur surprenant et magnifique surnommé l’Artiste: «(…) un art porté à son firmament. Ce jeune homme de vingt-cinq ans m’a coupé les cheveux avec une telle dextérité et une telle grâce que j’en suis resté estomaqué. Il a répété ces gestes toute sa vie, et a atteint la perfection, à la manière d’un karatéka, répétant inlassablement le même tsuki. J’ai vu un Maître à l’œuvre. Je suis sorti du salon galvanisé, plein d’énergie, dansant presque dans la rue.»

    Ce livre séduit aussi par son côté tendre, notamment quand, vers la fin du récit, il lâche, mine de rien, à propos de son couple: «On s’aime je crois.» C’est mignon, adorable. Sans pose; tout en fraîcheur, en sincérité et en innocence. Bien plus romantique de ce vieux brigand de Miller dans Jours tranquilles à Clichy. C’est aussi pour ça qu’on tombe sous le charme de ce petit livre. PHILIPPE LACOCHE

     

    Paris-Saint-Denis, Paul Besson; JC Lattès; 173 p.; 18€.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Lacoche tente de vendre des livres. Un comble!

      Bonjour à tous,   Je dédicacerai mes deux derniers livres, L’Echarpe rouge, pièce ...

    La prose diatonique de Raymond Carver

    Le grand nouvelliste américain, mort en 1988, fait sonner ici une vingtaine d’histoires empreintes ...

    Lacoche fait le marché

    Philippe Lacoche, journaliste au Courrier picard et écrivain, signera ses deux derniers livres, Vingt-Quatre ...

    Quand le style reste souverain…

    Grâce à Éric Neuhoff et son «Dictionnaire chic de littérature étrangère», la langue française ...

    Guy Debord : un Coluche en situation

    Jean-Yves Lacroix, ancien de Normale Sup, devenu libraire de livres anciens, cisèle le portrait ...

    L’Histoire en couleurs

       L’écrivain Daniel Picouly sort un beau livre, manière de leçon d’histoire à l’ancienne ...