La belle langue d’Antoine Blondin

    Il est des semaines chargées comme la langue d’Antoine Blondin.

    Le groupe She Loves Disco.

    Difficile d’y échapper; on court partout. Tout semble intéressant, distrayant, fou. La vie, parfois, me semble encore plus cyclothymique que mes humeurs incertaines. Ainsi, un soir récent, doux comme l’intérieur d’une figue (d’une fille? Non, on n’a plus le droit d’écrire ça, horrible marquis concupiscent!), mon copain journaliste Carlos m’invita, discrètement comme il se doit, à effectuer une courte escapade à notre bar de prédilection: le Bistrot Saint-Germain, rue du général Leclerc, à Amiens. Pour ce faire, afin de ne pas être suspecté de débaucher la nouvelle génération sobre, saine, non fumeuse et en pleine forme de la rédaction, il utilisa le langage codé qui nous est cher. Il s’approcha sournoisement du fond de l’open space où j’étais en train de rêvasser mollement, et se délesta de la phrase fatidique tel un Pierre Dac ou un Franck Bauer à la BBC, en 1943, au cours de l’émission Ici Londres, Les Français parlent aux Français: «Ça sent bon le houblon, ici!» Message reçu cinq sur cinq. Il se glissa discrètement vers la porte de sortie, se coulina dans l’ascenseur tel un python. Je ne le suivis point afin de ne pas éveiller les soupçons. Un quart d’heure plus tard, je le retrouvai au Saint-Germain. Manu, le patron, était en train de verser quelque liquide bio vermeil dans de beaux verres anciens, tandis qu’un trio (deux guitaristes et un bassiste) intitulé She Loves Disco, s’adonnait à une musique qui ne devait rien au disco. Leur pop-rock est assez funky, quelques thèmes en boucles, un peu de pédale wha-wha (cette belle invention très seventies, chère à Jimi Hendrix, aujourd’hui moins usitée). Étrange mais pas mal malgré un son qui ne les mettait pas en valeur. Leur camarade Rico, barman de mon cher Bar du Midi (BDM), bœufa avec eux vers la fin de leur set, en chantant quelques classiques. Belle ambiance.

    Le lendemain, je me rendis à la librairie du Labyrinthe pour y saluer mon ami François Ruffin qui y dédicaçait son remarquable dernier livre Ce pays que tu ne connais pas (éd. Les Arènes) dans lequel il assassine de 224 pages dans la nuque l’indéfendable Emmanuel Macron et où il dit tout le bien qu’il pense de nos Gilets jaunes adorés. Le dimanche matin, je m’envolais à bord de mon jet privé piloté par Carlos. Direction: l’aéroport du Crotoy. Les organisateurs du salon du livre, Lire en Baie (dont la sympathique Jeanine Bourgau, maire) avaient eu la gentillesse de m’y convier.

    Henri Sannier : journaliste dans l’âme, homme généreux et maire épatant.
    Jacques Darras, poète et écrivain. Amiens. Décembre 2013. Photo : Philippe Lacoche.
    Marc Mangin, écrivain, voyageur, éditeur, responsable de l’excellente maison d’édition Sipayat. Photo : Philippe Lacoche.
    La charmante Agnès Glancier, écrivain. Photo : Philippe Lacoche.

    J’y retrouvais avec un plaisir non dissimulé mes confrères et collègues Henri Sannier (je connais Henri depuis le milieu des années 1980, date de mon arrivée comme responsable de l’édition Picardie maritime, à Abbeville; c’est un journaliste dans l’âme, un homme généreux et un maire épatant), Jacques Darras (qui me félicita après m’avoir observé pendant une heure en train d’écrire, à ma table de dédicace, malgré le brouhaha, une nouvelle que j’avais promise à la Marquise; elle est en train de réaliser un recueil collectif), Marc Mangin (grand voyageur, ancien du Courrier picard, créateur des éditions Sipayat – 16 bd Drion, 59580 Aniche), etc. Et je fis la connaissance de la charmante Agnès Glancier qui signait ses livres aux côtés de la Marquise. De très belles rencontres relevées par l’air iodé et salicornée du Crotoy.

    Dimanche 16 juin 2019.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Magnifique article de Thomas Morales sur le recueil Les Dessous chics

    Chères lectrices… Les Chroniques picardes de Lacoche réunies J’aime les écrivains de la pénombre, ...

    « On est bien à Clermont-Ferrand »

    «On ne devrait jamais quitter Montauban», fait dire Michel Audiard à Lino Ventura dans ...

    Hitler était Juiff

      Bonjour, lectrice, ma fée bronzée, ma possession ambrée, mon habitude dorée. Le marquis ...

      Quand Cérésa fondit pour Fonda

       François Cérésa jubile dans un roman gouleyant qui mêle cinéma, littérature et lieux ...

    Un après-midi d’hiver à Tergnier

          Météo France annonçait de la neige. Il n’y en avait pas ...

    Mourad se crève pour les Goodyear et les autres

        Mourad Lafitte n’arrête pas; on le voit partout. Sur les manifestations, dans les ...