La crèche marxiste de Patrick Besson

    Avec «Les Lâches et les autres», il propose le livre le plus drôle de l’année. Courageux et profond aussi.

    Patrick Besson photographié à Paris en octobre 2017. Photo : Philippe Lacoche.

    Il doit s’agir, sans aucun doute, de l’un des livres les plus drôles de l’année 2020. Si ce n’est le plus drôle. Le plus courageux et le plus profond aussi. Avec Les Lâches et les autres, Patrick Besson a fait fort. Très fort. Ce n’est pas étonnant au fond. Ses lecteurs – ses fans, devrait-on dire car fans il possède; nombreux sont les lecteurs issus de la vraie gauche qui, tous les jeudis, s’arrachent Le Point pour sa chronique – attendent ses livres comme ceux de Patrick Modiano attendent ceux du haut gaillard nobélisé, ou ceux de Simenon salivaient à l’annonce de la sortie des Maigret de l’immense romancier.

    «(…) en URSS il n’y avait pas de sans-abri car tout le monde avait un toit.»

    Patrick Besson

    Patrick Besson n’a pas peur de grand-chose; ça fait du bien dans ce monde de brutes à petits bras, dans ce monde de… lâches. Il n’aime pas le politiquement correct, les idées reçues qu’il renvoie, direct, aux bêlants envoyeurs. Il se souvient des Desproges, Coluche, Jean Yanne, Bedos et autres francs-tireurs, et tire sur tout ce qui bouge mou comme l’eussent fait les vaillants combattants soviétiques qui mirent la pâtée aux Teutons dans les rues de Stalingrad. Initialement parues dans journaux et des news (La Revue des Deux Mondes, Égoïste, Le Point, La Marseillaise, Paris Match, etc.), ces chroniques sont un vrai régal; elles confinent au festin. Festin de bons mots, festin du style, festin de vivacité féline car il a bouffé du lion, le Patrick! Ça fuse; ça vole haut. Ça dégomme mais ce n’est jamais mesquin car c’est toujours marrant. L’élégance, c’est aussi cela. On se bidonne quand il raconte, page 33, comment, à la faveur du deux centième anniversaire de la naissance du petit Karl (5 mai 1818), il rassemble autour du «berceau de paille du divin enfant, les figurines de Joseph Hegel, le père ou plutôt le beau-père du fondateur de notre croyance, et Marie Gouze, dite Olympe de Gouges, la féministe engrossée par un certain nombre d’esprits saints: Diogène, Spinoza, Rousseau.» Un peu plus loin, il rappelle à juste titre qu’il serait nécessaire de se souvenir qu’au moins «en URSS il n’y avait pas de sans-abri car tout le monde avait un toit, même si le moi n’était guère autorisé (…) On divorçait en une seule journée. Un employeur ne pouvait pas vous renvoyer sans vous avoir trouvé un nouvel emploi.»

    On est en droit de se réjouir de telles paroles en cette époque de bobos moralisateurs, ultralibéraux et trottinetteux qui, depuis des années, ne cessent de cracher à la gueule du communisme et du peuple.

    Et du populisme. C’est beau, pourtant, le populisme. Aussi beau qu’un Gilet jaune. «La bourgeoisie et son armée de troufions médiatiques, bien nourris dans les déjeuners en ville, ont déniché un nouveau mot pour déconsidérer le peuple et ses luttes: le populisme (…) qui serait une survivance du fascisme avec un reste de nazisme et une goutte de communisme.» C’est tellement vrai. Aussi vrai que «les visages haineux des clientes de magasins bio». Besson balance; ça fait un bien fou.

    PHILIPPE LACOCHE

    Les Lâches et les autres, Patrick Besson; Robert Laffont; coll. Mauvais esprit; 154 p.; 19 €.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Blanche Gardin ou un clin d’œil du destin

         La qualité cardinale d’une chronique, c’est d’être juste et sincère. Suis-je juste? ...

    Un Nothomb pétillant et de grand cru !

    Son dernier livre, « Pétronille », n’est rien d’autre qu’un hymne au champagne, à l’ivresse et ...

    Comme un lièvre, Jacques Darras regarde la Picardie

      Le poète et écrivain picard sort un livre, « Voyage dans la couleur verte, ...

    Mon premier I.Book

    Bonjour lectrice, je sors mon premier I.Book. Et je le consacre à mon écrivain ...

    Julien Clerc : « Maurice Vallet faisait partie de ma vie »

    Avant ses concerts en Picardie, Julien Clerc nous a accordé une longue interview à ...