La France comme on l’aime

                                

    Le romancier Jérôme Leroy publie des poèmes d’une grâce infinie.

     

    Photo : Philippe Lacoche.
    Lire Leroy, effondré sur un transat, l’été au Crotoy : un délice!
    Jérôme Leroy. Photo : Philippe Lacoche.

    Quand on sortait de la gare/ et qu’on descendait vers la ville/ par le boulevard Bara/ Palaiseau/ sentait le jasmin/ le dix-huit mai deux mille dix-sept/ vers une heure/ de l’après-midi/ Il faut savoir dater/ aussi/ son plaisir d’être au monde/ malgré tout.» Intitulé «Malgré tout», ce court poème de Jérôme Leroy ouvre son recueil Nager vers la Norvège. Ce texte bref distille parfaitement la tonalité du livre. D’autant qu’il s’inscrit dans un chapitre baptisé «Petite suite française».

    «Le Grand Meaulnes était égaré/sur une aire d’autoroute glacée/

    un peu après Vierzon dans le soir»

    Jérôme Leroy

    Jean Claude PIROTTE – Credit : Philippe MATSAS/Opale.
    Jérôme Leroy. Photo : Philippe Lacoche.

    Français, cet opus l’est de la première à la dernière ligne. On est en droit de s’en réjouir. Tant à la faveur de ses romans que de ses romans noirs, Jérôme Leroy ne manque pas une occasion de rappeler son attachement viscéral à notre pays. Le présent recueil est, en partie, en large partie, une ode à la France, à ses habitants, ses paysages, ses atmosphères indéfinissables. Résultat: on est bien dans ce Nager vers la Norvège. Aussi bien que dans un livre du regretté Jean-Claude Pirotte ou dans une nouvelle d’André Hardellet ou dans une chanson de Pierre Mac Orlan, autres atmosphéristes magnifiques, chantres des sans-grades et des mélancolies intimes. Oui, on est bien dans cet ouvrage, notamment quand Jérôme Leroy nous fait savoir que «le Grand Meaulnes était égaré/sur une aire d’autoroute glacée/ un peu après Vierzon dans le soir». Ou, quand à Besançon, un dimanche de mai, il pense à Jade qui, un peu plus loin, s’assoit à côté de lui sur les escaliers de la salle Proudhon. Ou quand il s’imagine en train de lire sur un banc dans un square «(…) près du château ou bien derrière la mairie/ avec une statue de gloire locale et le bruit/ très lointain le soir du dernier train régional.» Ici, on se croirait chez Georges Simenon, au cœur de L’Affaire Saint-Fiacre précisément, l’un des romans les plus français de l’immense Belge. (À ce propos, c’est fou comme les Belges savent évoquer notre pays; Pirotte et Simenon en sont deux exemples.)

    On se régale encore quand, au détour du poème «Je ne suis pas français», Leroy nous confie qu’il ne l’est évidemment pas par le sang, mais «par une certaine aptitude à la mélancolie/ par le goût de la distance/ de la langue». Elle est si belle justement, la langue de Jérôme qui, simplement, se dit «français par le temps». Car, oui, il détient cette faculté rare, précieuse, de posséder «le goût exact du temps qui passe» et de cette nostalgie palpable du monde d’avant. On le suit encore à bord d’un autre train régional qui serpente du côté de St-Priest-Taurion et de St-Denis-des-Murs, avec, à son bord, «une contrôleuse/ aux yeux de forêt.» Alors, on se laisse aller; on est ailleurs; on s’assoit sur un banc du quai et on se dit, comme Antoine Blondin, qu’un jour, peut-être, on prendra un train qui passe. Nager vers la Norvège est tout simplement superbe.

    PHILIPPE LACOCHE

    Nager vers la Norvège, Jérôme Leroy; La Table Ronde; 207 p.; 16 €.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les coups de coeur du Marquis…

    Ce passé qui rassure «On regrette à peu près tout, les triperies, les deux ...

    Souvenirs, un soir d’hiver

    Souvenirs. Un soir d’hiver. Rue Fontaine, Paris. Dans un bar. Stéphane Billot, peintre originaire ...

    Excellent roman autour du mystère d’un meurtre affreux

      Le Picard Patrice Juiff sort un nouveau roman magnifiquement construit et écrit. Richard, ...

    Philippe Lacoche : Des rires qui s’éteignent, éd Écriture , 2012.

     Les deux premières pages de ce roman sont animées par des laisses au phrasé ...

    La poésie de Frégni sous le soleil

    Dans son dernier roman, René Frégni, intarissable conteur, nous raconte la vie d’un homme ...

    Destins fracassés à coups de ballets roses

        Avec «La vérité sur la comtesse Berdaiev», roman étincellant, Jean-Marie Rouart dessine ...