La mare aux souvenirs

    À Bovelles, les habitants l’aiment bien, leur jolie mare. Elle les inspire. Ils se souviennent du monde d’avant.

    Des habitants de Bovelles se sont rendus à la mare. (Photo : Philippe Lacoche.)
    de gauche à droite : Christian Dhondt, Roger Gadré et Guy Roussel. (Photo : Philippe Lacoche.)

        Il faisait terriblement beau. J’arrive devant la mare de Bovelles; une grande et belle mare, juste devant l’église et le monument aux morts. Il y a quelque chose de très français dans ce paysage; ce n’est pas pour me déplaire. Sur place: William Saintes et Jérôme Canivé, qui, tous deux, œuvrent pour l’Association pour le développement de la recherche et de l’enseignement sur l’environnement (l’ADREE, 1, chemin du Pont-de la-Planche, 02000 Barenton-Bugny; 03 23 23 4077; adree@naturagora.fr). «Nous travaillons sur les mares; nous accompagnons les élus pour préserver leurs plans d’eau. Ici, nous envisageons d’organiser des visites de découverte», disent-ils. Peu à peu, des habitants nous rejoignent; les élus ont dû les prévenir de mon aristocratique visite. Un marquis pêcheur à la ligne, ce n’est pas tous les jours qu’on en croise un. Christian Dhont, 82 ans, est né à Bovelles; Roger Gadré y habite depuis 35 ans. Des souvenirs à propos de la mare, ils en détiennent. «Avant l’eau allait lécher le mur de la maison près du chemin qui n’était pas goudronné», se souviennent-ils. «Le garde champêtre grattait la boue et la vase… Un jour, un gars a marché sur la surface glacée et la glace a craqué; on l’a retiré de justesse…»

    Un sacré caractère!

    Guy Roussel, 67 ans, se souvient que son fils était tombé dans la mare, une fois encore à cause de la glace trop fragile. Jusque dans les années 1990, la mare, l’hiver a servi de patinoire; depuis qu’il y a des canards, l’eau, remuée, gèle moins. Christian Dhondt, lui, garde en mémoire un personnage du village, Lucien Labarre qui avait choisi de vivre seul dans la caisse d’une remorque de camion, près du moulin. «Il était menuisier. Un excellent professionnel mais un sacré caractère! Moi, je m’entendais bien avec lui. Sa femme venait lui apporter tous les jours à manger.» Lucien Labarre est décédé en janvier 1979 à l’âge de 78 ans. Venait-il, parfois, se promener sur les rives de la mare? On me parle aussi du tortillard de la ligne Amiens-Senarpont. Un petit train à vapeur; Christian Dhondt l’empruntait. Autour de l’eau, les souvenirs remontent comme de grosses bulles de tanches. Dans tanches, il ne doit pas y en avoir dans la mare de Bovelles. En revanche, j’ai remonté trois poissons rouges et une petite carpe commune. En repartant, l’un des habitants caresse la place d’un regard nostalgique. «À Bovelles, avant, il y avait trois mares… Il y avait aussi un boulanger, un café, un charcutier et même un maréchal-ferrant qui est mort dans les années 1970.» Et il ne faut pas oublier le menuisier Labarre, sacré Labarre qui vivait dans la caisse d’une remorque de camion… PHILIPPE LACOCHE

    Brice Marinier, du CPIE, a effectué des prélèvements et observations. Il a remarqué la présence de canards colvert, de bergeronnettes grises, d’hirondelles rustiques, de gallinules poules d’eau, de pinsons des arbres, de pigeons bisets, de moineaux domestiques, de verdiers d’Europe, d’alytes accoucheurs, de crapauds communs, d’escargots petits gris, de rats surmulots.

    La mare de Bovelles devant le monument aux morts et l’église. (Photo : Philippe Lacoche.)
    L’île flottante au milieu de la mare de Bovelles. (Photo : Philippe Lacoche.)
    Le fameux Lucien Labarre se trouve (pipe à la bouche) au deuxième rang, à gauche, dans ce groupe de conscrits. (Photo d’archives de Christian Dhondt.)
    La mare de Bovelles dans les années 1970. Peu de changements… (Photo d’archives de Christian Dhondt.)
    Une photographie aérienne de Bovelles. Au centre, on aperçoit la mare. (Photo d’archives de Christian Dhondt.)
    Dans ma goujonnière, l’un des poissons rouges qui s’ennuie et qui me maudit… (Photo : Philippe Lacoche.)
    Le château de Bovelles. (Photo : Philippe Lacoche.)
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    3
    J'ADOREJ'ADORE
    2
    J'AIMEJ'AIME
    1
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un dictionnaire lumineux, éclairant

           Avec son Dictionnaire chic de littérature française, Christian Authier nous régale ...

    Le coup de coeur du marquis…

    Le lumineux «Robic» de Laborde «Robic est un champion, Laborde un écrivain, et ce ...

    Le cirque Modiano et sa fin ratée

    « Encre sympathique » ne manque pas de charme mais on est loin de la puissance ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Une jolie vie de petit lapin Superbe! Il n’y a pas d’autre mot pour ...

    Naufrage dans une coupe de pinot meunier

          La vieillesse est un naufrage. Plus moyen de savoir ce que j’ai bu ...

    Julien Clerc : « Maurice Vallet faisait partie de ma vie »

    Avant ses concerts en Picardie, Julien Clerc nous a accordé une longue interview à ...