La santé des prunes ou le haut débit?

    Folio réédite Sylvain Tesson, écrivain de haut vol, styliste hors pair, baroudeur invétéré.

    De nombreux prix ont récompensé les livres de Sylvain Tesson. Photo : C. Hélie.

    Lorsqu’on demande à Sylvain Tesson ce qu’il voudrait qu’on dise de lui quand il ne sera plus, il lance tout de go, sourire aux lèvres: «Il l’a bien cherché.» Et d’ajouter, un tantinet plus grave: «Je me sens chercheur.» Chercheur – d’Essentiel–, il l’est; cela ne fait aucun doute. C’est aussi et surtout un sacré écrivain et un être exceptionnel, voire fascinant. Cet écrivain baroudeur (ce qui est l’étage au-dessus de l’écrivain voyageur), fils d’un journaliste, chroniqueur dramatique, homme de radio et de télévision admiré et respecté (Philippe Tesson), a parcouru le monde, de l’Himalaya à l’Inde en passant par la Sibérie et la Chine; il a voyagé à bicyclette, à motocyclette, à pied.

    Philippe Tesson, père de Sylvain Tesson : journaliste et patron de presse respecté et admiré.

    Stégophile

    Il a grimpé sur les plus hauts sommets car ce stégophile depuis l’enfance (il a longtemps sautillé, tel un chat, sur les toits de Paris et sur les hauteurs des cathédrales) n’a pas peur du vide; il n’a pas peur de grand-chose chose à dire vrai. Pourtant, contrairement à ce qu’on pourrait croire, il ne cache rien de suicidaire; il est simplement désabusé, confie l’une de ses sœurs qui explique qu’elle ne l’a jamais vu utiliser une piste autorisée au cours de leurs séjours aux sports d’hiver. Il y a du Blaise Cendrars, du Joseph Kessel, du Jacques Perret et du Roger Vailland chez cet homme qui tient beaucoup de ses parents: son père reste un bretteur incomparable; sa mère, la regrettée Marie-Claude Tesson-Millet (1942-2014), docteur en médecine, malthusienne engagée dans l’humanitaire, pilotait des hélicoptères et sautait en parachute. Difficile de se révéler pusillanime et frileux avec une telle hérédité.

    «C’est superbe, et, comble du paradoxe pour cet écrivain du monde, tellement français. Tel père, tel fils.»

    Voilà pour l’homme. L’écrivain est à l’aune de l’être de qualité. De nombreux prix l’ont honoré (Une vie à coucher dehors, prix Goncourt de la nouvelle 2009; Dans les forêts de Sibérie, prix Médicis essai 2011; Berezina, prix du Hussard 2015); ce n’est que justice. Les deux présents livres que réédite Folio en témoignent. Sur les chemins noirs (il s’est inspiré – avec son autorisation – du titre du magnifique roman de René Frégni, Les Chemins noirs) est un merveilleux récit de voyages. Après le très grave accident dont il a été victime le 20 août 2014 (à la suite d’un abus de vodka, il escalade la façade d’un chalet à Chamonix, et chute de dix mètres: «Cette chute procède de la rencontre de l’ivrognerie et de la gravité. En termes moins cuistres: je suis tombé d’un toit avec trois grammes dans le sang ce qui n’a pas suffi à amortir la chute», nous confie-t-il avec humour, lucidité et franchise), il frôle la mort. Coma artificiel. Pour se rééduquer et contre l’avis des médecins dubitatifs, il décide de traverser la France à pied, par les chemins noirs (à peine visibles sur les cartes, encombrés de ronces, seulement empruntés par les bêtes sauvages), du Mercantour au Cotentin en passant par le Massif central. Il en rapportera ce livre savoureux, écrit avec pudeur, beaucoup de style et de poésie, sans afféterie. Souvent, on se croit chez Giono. Sylvain Tesson se moque des imbécillités de la modernité, des stupidités nouvelles technologies, et côtoie de vieux paysans qui sont plus sensibles à la santé des prunes qu’à la présence du haut débit. On aimera tout autant Le téléphérique, court ouvrage composé de six nouvelles issues du recueil S’abandonner à vivre où «les facteurs battent les cartes de l’existence», où «les fentes d’une boîte sont à sens unique et les lettres, comme les morts, voyagent vers leur sort: vous les ensevelissez, elles ne reviennent pas de ce petit tombeau jaune.» C’est superbe, et, comble du paradoxe pour cet écrivain du monde, tellement français. Tel père, tel fils. PHILIPPE LACOCHE

    Sur les chemins noirs, Sylvain Tesson; Folio; 171 p. Le téléphérique et autres nouvelles, Sylvain Tesson; Folio; 100 p.

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    SUPER !SUPER !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une bonne modèle

    Lyliane Mosca nous conte la vie du modèle préféré de Renoir. Elle sera à ...

    À la recherche du Besson perdu…

         L’auteur d’«Ah?! Berlin», ne perd jamais son temps : qu’il pense ou ...

    Les portraits gouleyants de Patrick Besson

    Dans « Nouvelle galerie », il dresse les portraits d’un vingtaine de personnalités, artistes, comédiens, académiciens, ...

    Photo : Francesca Montovani.

    La petite douceur du dimanche soir

    Folio réédite le récit que Jérôme Garcin a consacré, en 2015, au Masque et ...

    Le coup de coeur du marquis…

    Le karaoké de Louis Aguilar «Après nous avoir régalés d’un riche Ep en 2015, ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Willy Ronis : l’écrivain argentique Willy Ronis (1910-2009) appartient, au même titre qu’Édouard Boubat et ...