« L’Ange glacé », le roman maudit de Daniel Darc

     

    Daniel Darc, lors de notre rencontre, en novembre 2011, à la faveur de son concert à la Comédie de Picardie, à Amiens.

         Mes semaines se ressemblent comme se ressemblent les romans de Patrick Modiano; ces derniers temps, mes semaines sont rock’n’roll. Suis allé voir, en avant-première le film Daniel Darc, Pieces of my life, co-réalisé par Marc Dufaud. J’étais heureux d’y retrouver Daniel Darc que j’ai bien connu lors de mes années Best, puis, après, à la faveur de rencontres, de concerts, et de projets de collaboration. (C’est lui qui devait chanter en duo sur le deuxième album de mon ex-pacsée la grande Didiche Lou-Mary; finalement, pour des raisons contractuelles, ce fut Patrick Eudeline qui s’y colla.)

    Lou-Mary immortalisée par une toile du regretté Jean-François Danquin.
    De gauche à droite : Patrick Eudeline, Jean-Louis Abbitti, patron de la Belle Epoque, Lou-Mary, chanteuse, Corinne, de la Belle Epoque. Mars 2010, à l’occasion de l’enregistrement, à Longueau, du morceau “Les Smarties” qu’il réalisa en duo avec Lou. Photo : Philippe Lacoche.

    Content de retrouver Daniel, oui, même si le film m’a un peu laissé sur ma faim. Marc Dufaud y a laissé le Darc dans ce qu’il faisait quand il s’ennuyait: poser, jouer un personnage. (Gainsbourg, si fin, si délicat, si sensible dans la vie, fit ça avec le désastreux Gainsbarre; ce fut navrant.) A mon humble avis, c’était justement cet aspect – la pose – qu’il fallait tenter de gommer. Et il fallait renforcer le volet littéraire où Dufaud, écrivain lui-même et de qualité (il a notamment écrit un beau texte sur le poète Roger Gilbert-Lecomte) eût pu se révéler très pertinent. Pour Daniel Darc, le rock, la chanson et la musique, n’étaient qu’un prétexte; il ne vivait que pour la littérature. Je me souviens d’un voyage de presse en juillet 1985 à la faveur d’un festival rock en Bretagne (s’y produisaient notamment Midnight Oil, Leonard Cohen – que j’avais interviewé dans sa caravane en compagnie de la délicieuse Emmanuelle Debaussart – et quelques autres). J’étais envoyé par Best; Daniel, par une revue dont j’ai oublié le nom. Pendant deux jours, il ne me parla que de littérature et de son ambition d’écrire un roman. Quelques mois plus tard, alors que je travaillais comme directeur de collection aux éditions Ledrappier, je lui proposais d’éditer L’Ange glacé, le roman qui, me dit-il, il était en train de terminer. (Il l’évoque dans le documentaire de Dufaud.) J’attends toujours le texte. Lorsque nous retrouvions, on en riait. Peut-être qu’un jour, quelqu’un tombera sur le tapuscrit de L’Ange glacé. Une histoire comparable au manuscrit perdu de Blaise Cendrars. Les meilleurs moments du film sont les interviewes de l’excellent, discret et si talentueux Frédéric Lo qui décrit si bien Daniel. Autre grand moment de rock’n’roll: le festival Rétro C Trop, au château de Tilloloy. Je m’y rendis le samedi. Je manquai The Shiels, vis de loin les Zombies et Midnight Oil, m’éclatai grâce au concert des fabuleux Stray Cats et Négresses vertes (j’interviewais Paul O et Stéfane devant le château).

    Les Négresses vertes. Paul O (à gauche) et Stéfane au cours de l’interview. Photo : Philippe Lacoche.

    En me penchant sur le parcours du groupe, j’ai appris que le regretté Helno, chanteur, mort d’une overdose en janvier 1993, était le petit-neveu de Charles Michels, communiste, héros de la résistance, mort pour la France. (Il faisait partie des 48 otages fusillés en octobre 1941 – à l’instar du député amiénois Jean Catelas – à Châteaubriant, par nos délicats et bons amis d’Outre-Rhin.) J’ai enfin compris pourquoi j’aimais tant les Négresses, leur ton, leurs paroles qui sonnent gauche authentique et populaire. Ce parfum inimitable de gauche à l’ancienne, de communisme offensif que l’on savait si bien pratiquer dans ma bonne ville de Tergnier, elle aussi martyrisée par nos envahissants amis d’Outre-Rhin.

                                                                  Dimanche 7 juillet 2019.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Zabou dans ma tête

    Zabou dans ma tête. Elle est bien bonne celle-là. J’aime les titres comme ça: ...

    Daniel Darc dans la lumière

    Le livre d’entretiens menés par le journaliste Bertrand Dicale éclaire le regretté rocker d’un ...

    La chanson et LaChantal

          David Noyelle, alias LaChantal, illumine depuis des années nos nuits amiénoises. LaChantal est un ...

    Jean-Louis Crimon a 42 ans de retard

            Jean-Louis Crimon, écrivain et ancien journaliste à France Culture, est ...

    Sébastien Cauet change mes piles pendant nos rêves d’Aisne

      L’autre jour, dans les bureaux de Be Aw Sébastien Cauet, un Picard qui ...

     Rose, puis, puis rouge comme un homard

            Députée, secrétaire d’Etat chargée des droits des femmes au sein ...