Le coup de coeur du marquis…

    Femmes de l’ombre

    Dans son texte d’avant-propos, Robert Badinter estime: «Grâce à Bettina Rheims, les détenues sont redevenues des femmes. Chacune a retrouvé sa singularité et brisé l’uniformité dans laquelle la vie carcérale les plonge.» Bettina Rheims s’en rendue dans quatre prisons; elle a rapporté les portraits d’une soixantaine de femmes. Elles ont en commun ce regard qui interpelle, qui a l’air de demander: «Comme c’est maintenant, dehors?» Certaines ont pris de courtes peines, quelques mois; d’autres ont pris cher. Elles devront patienter de longues, très longues années. Certaines ont été dans la dope; d’autres ont braqué. L’une affirme même avoir découpé un type en morceaux. Un livre terriblement émouvant. Ph.L.

    Détenues, Bettina Rheims; préf. de Robert Badinter; un texte de Nadeije Laneyrie-Dagen; 168 p.; 39€.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    SUPER !SUPER !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    DICTIONNAIRE Bravo, Morales!

      Ce livre est une pure merveille. Et il est courageux. Écrire sur l’automobile ...

    Un «Double banc» sur les planches et à domicile

            Le théâtre à domicile est une bonne initiative; elle est généralement conviviale et réussie. ...

    Les croisades, quelle aventure !

    Avec « Belle d’amour », Franz-Olivier Giesbert nous donne à lire un délicieux roman foisonnant, généreux ...

    L’amour, la nostalgie, la vie

    Journaliste au Courrier picard, Philippe Lacoche signe « Les matins translucides », sorti ce 28 août, ...

       Michel Houellebecq se renouvelle

    Et son «Sérotonine» est carrément génial. On vous explique pourquoi. Il y a trois ...

    Pierre Lemaitre : pas un Goncourt de circonstance

    On eût pu croire qu’il avait écrit son sublime roman pour les commémorations. Non. ...