Le coup de coeur du marquis…

    Ces carnets qui font rêver

    Quel bonheur pour un écrivain ou un journaliste ou tout autre amoureux d’écriture, d’ouvrir un beau carnet, équipé d’une belle couverture, d’un beau papier et de se mettre d’abord à rêver, puis à écrire! C’est ce qu’ont compris les éditions Gallimard qui proposent en ce domaine une adorable collection intitulée Pour mémoire. Chaque carnet possède des pages légèrement lignées; il s’ouvre par une citation extraite de l’œuvre dont il est le reflet, signée du nom de l’auteur, et se clôt par un rappel de l’histoire de la collection blanche. Exemple celui intitulé Vingt-quatre heures de la vie d’une femme s’ouvre par cette phrase tirée de la nouvelle de Stefan Zweig: «Vieillir n’est rien d’autre que n’avoir plus peur du passé.» Trois formats sont proposés : le carnet carré couleur, le poche couleur et le bloc à l’italienne (à pages blanches détachables). Belle initiative qui donne envie de sortir son stylo. Ph.L.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    J'ADOREJ'ADORE
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    TRISTETRISTE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Lacoche fait le marché

    Philippe Lacoche, journaliste au Courrier picard et écrivain, signera ses deux derniers livres, Vingt-Quatre ...

        Entre Bernanos et Gibeau

        François Thibaux exce lle dans un recueil de nouvelles hallucinées et sublimes. ...

    Le coup de coeur du Marquis…

    La poésie sous toutes les coutures   «Vivre en poète, c’est se sentir comme ...

    Le journalisme : toute une histoire !

              Deux livres viennent nous le rappeler : l’un, de Robert ...

    La pâte à vertige de Modiano

    « L’herbe des nuits », dernier livre du romancier, lutte, une fois de plus, contre le ...