Le grand saut du génie

    Jean-Louis Rambour consacre un tombeau au pianiste Christopher Falzone, un talent fauché en plein vol. Il sera à la Ville aux Livres de Creil les samedi 17 et dimanche 18 novembre.

    Sur le plan artistique, le p

    Jean-Louis Rambour photographié à Mers-les-Bains il y a quelques années. Photo : Philippe Lacoche.

    ianiste Christopher Falzone était un prodige. À 8 ans, il donnait son premier concert public devant des milliers de spectateurs. Il était extrêmement habile dans la transposition pour le piano. Il savait aussi adorer et s’avouait véritable disciple de Franz Liszt. Il savait faire sonner sur un seul piano une œuvre de Saint-Saëns composée pour deux instruments; il avait le don de donner l’ampleur d’une symphonie à un trio de Tchaïkovski. La musique contemporaine ne l’effrayait pas non plus; il l’avait embrassée avec passion. Elle s’en était allée toute retournée et comblée. Christopher Falzone avait 29 ans quand il eut la mauvaise idée de sauter par la fenêtre du dixième étage de l’unité psychiatrique de l’hôpital de Genève peut-être à cause du traitement médicamenteux de cheval qu’on lui imposait; peut-être seulement à cause de ses fortes tendances suicidaires, selon certains. À moins qu’il se fût tué par amour car, marié à une femme de vingt ans plus âgée que lui, des gens voyaient ça d’un mauvais œil, comme cette infirmière rousse qui s’obstinait méchamment et bêtement – alors qu’elle était au courant – à lui dire: «Vous avez la visite de votre mère.»

    Émouvant phénomène

    Jean-Louis Rambour, poète et écrivain sensible, consacre un tombeau à l’émouvant phénomène. «Le destin de Christopher Falzone m’a attiré à cause d’un article lu dans un mensuel de musique classique qui contient une rubrique intitulée: «Ils nous ont quittés»…» résume l’auteur qui longtemps a résidé et enseigné dans le Santerre. Chaque mois je la lis et, d’habitude, c’est pour apprendre des choses sur des musiciens de la génération qui me précède. Or, là, il s’agissait d’un jeune homme de 29 ans dont je savais qu’il venait d’obtenir le premier prix au concours international de piano d’Orléans, trois ans plus tôt. Je me suis donc attardé sur cet article parce que le fait divers était exceptionnel. Mais, comme beaucoup d’autres informations, il s’est rangé dans un coin de ma mémoire où il aurait pu rester ad vitam aeternam. J’ai dû me dire: «Quel gâchis!».Et puis c’est tout. Or, cet immense gâchis, je l’ai vécu au plus près, 15 mois plus tard, avec la mort de mon jeune homme à moi, mon fils François. J’ai donc eu l’idée de mêler les deux destins, de faire un nouveau livre sur la mort de François, qui parle de lui sans jamais en parler.» Quand on lui demande pourquoi a-t-il opté entre une forme située entre la poésie et la prose, il répond: «Je suis persuadé qu’en 40 pages, un texte obéissant au fonctionnement, au caractère continu de la prose n’aurait pas dit autant de choses.

    La prose, c’est quelque chose qui dure, s’allonge, c’est une construction horizontale tandis que la poésie est une élévation.».

    Ce petit livre est un bijou d’émotion et de haute littérature comme Jean-Louis Rambour sait nous en donner à lire. PHILIPPE LACOCHE

    Tombeau de Christopher Falzone, Jean-Louis Rambour; peintures de Renaud Allirand; éd. L’Herbe qui tremble; 64 pages; 13€.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Lumière picturale au bout d’un chemin obscur

          C’était un soir d’hiver; un vrai. Il pleuvait dru. Une pluie ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Le pouls chantant Productrice, réalisatrice et journaliste, Mireille Dumas tire, dans ce livre, sur ...

    La folie libertaire de François Cérésa

    Avec « Merci qui? », son dernier roman, François Cérésa descend en flamme une certaine branchitude ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Gary et son câlin marxiste Romain Gary, gaulliste, ne serait pas content de cette affirmation ...

    Merlieux l’enchanteur dans la douceur de l’automne

      Ah! la Fête du livre de Merlieux!… Que du bonheur! J’y suis invité ...