Le jardin des souvenirs et de mon père

           

    La terre de ce jardin a été bêchée et ensemencée par mon père et mon grand-père.

    La photographie que tu as sous les yeux, lectrice, est celle de jardin de mon père, à Tergnier. Ce dernier s’est éteint le 20 janvier dernier, à 18 heures, à l’hôpital de Chauny, où j’étais né en janvier 1956. Ce fut justement à la faveur de ma naissance qu’ils décidèrent, ma mère et lui, d’acheter leur maison. «De faire construire», comme il disait, mon père, ancien cheminot (vous savez les cheminots, cette race à part, que l’indéfendable Emmanuel Macron sous-entend qu’elle est constituée de nantis, de privilégiés), de sa voix douce et posée. Faire construire. Il emprunta un peu d’argent à son père, mon grand-père Alfred, ancien Poilu de la Somme, blessé à l’attaque du Bois de Maurepas, et fit donc construire. Avant cela, il avait fait l’acquisition d’un terrain ingrat, tout bosselé, recouvert de broussailles. Mais la terre, brune comme les yeux de Féline, mon ex-épouse, Ternoise comme moi, était de bonne qualité. Mon grand-père le disait souvent; mon père aussi. Elle recelait, je me souviens, de longues balles de fusils Lebel 8 millimètres, modèle de 1886, long corps de cuivre jaune comme un cacheux planqué dans la vase, pointe de la balle de cuivre rouge. Des balles, ils en retiraient des dizaines. Ça s’était bagarré dur en 14-18 du côté de Tergnier. (Devant la maison, on avait retrouvé un casque plat de nos vrais amis et alliés anglais, et une grenade à manche de nos faux amis et vrais ennemis d’outre-Rhin.) Dans la terre, ils retrouvaient aussi des dents de cheval. «Normal!», souriait mon père. «Ici, avant 14, il y avait de grandes écuries, celles d’un transporteur qui travaillait pour la gare…» Mon père et mon grand-père, ces cheminots nantis et riches, presque des actionnaires du CAC 40 (cher président amiénois, jamais je ne vous pardonnerai ce que vous êtes en train de faire – de fer, allais-je écrire – à notre maison mère, à notre mère nourricière: la SNCF que nous aimons tant) défrichèrent, retournèrent le terrain et suèrent sang et eau; ils en firent un beau jardin qu’ils ensemencèrent et nourrirent à l’aide du compost (des écologistes avant l’heure), qu’ils n’appelaient pas compost, mais «fumier». Les plans de la maison furent réalisés par notre voisin du fond (juste derrière le mur blanc de la photographie), l’architecte M. Deraucroix qui avait de jolies filles. Ma sœur, mon frère et moi, nous en passâmes du bon temps dans ce jardin. L’été, avec mes copains Alain Lanzeray, Bernard Havy et Dominique Van Missen, nous jouions aux petits coureurs en plastique et en étain; nous les nommions Jean Jourden, Jean-Claude Lebaude, Raymond Mastrotto, Roger Pingeon, Felice Gimondi, Federico Bahamontes, et les faisions avancer grâce à des pichenettes dans des billes de terre cuite sur des routes minuscules que nous avions tracées avec une binette dans les allées (l’allée que tu vois sur la droite de la photographie, lectrice observatrice). Pastichant le Tour de France, nous avions baptisé notre mini-épreuve estivale le Tour des Allées. Il n’était pas rare que d’autres garnements de la cité Roosevelt vinssent contempler les exploits de nos cyclistes nains. Cela se passait au cœur des années 1960, au cœur des étés chauds comme les cœurs des cheminots de Tergnier. C’était la terre de mes parents. Bientôt, elle ne sera plus nôtre. J’ai le cœur gros.

    Dimanche 22 avril 2018.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    3
    TRISTETRISTE
    2
    J'AIMEJ'AIME
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Valère Staraselski: exact et vrai

    L’écrivain réédite deux recueils de nouvelles en un livre. Littéraire et profond.   Tenter ...

    Presque un roman à clefs ?

      Avec le très réussi «L’Ambitieux», Patrick Poivre d’Arvor sonde les reins de la ...

    Le Dr Bellette opère ma radio Philips

              J’avais consacré l’un de mes dernières chroniques à ma ...

       Succession de saynètes : quelle aventure!

            Et si la vie n’était qu’une succession de petites scènes? ...

    Une retraite en rappel et un vertige de nostalgie

        Il ne manque pas de cran, Jean-Pierre Marcos, le directeur du cirque ...