Le plus parisien des Berrichons

    Journaliste, écrivain et chroniqueur, Thomas Morales partage sa vie entre Paris et le Berry.

     

    Thomas Morales : le panache des Hussards.

      Thomas Morales raconte comment, à cause du confinement, il est allé s’abriter dans sa province chérie.

    Comme beaucoup de Hussards, de vrais Hussards, Thomas Morales n’est jamais aussi bon que dans les chroniques ou les récits. Celui qu’il nous propose aujourd’hui, Paris-Berry nouvelle vague, vaut son pesant de mélancolie (un imbécile disait, il y a peu, sur France Inter que celle-ci conduisait à l’immobilisme alors qu’il n’y a pas carburant plus révolutionnaire: Nietzsche, Maupassant, Calet, Debord, etc.), de nostalgie, de douce et salvatrice réaction. Thomas Morales est un styliste hors pair. Quand il écrit, on pense un peu au regretté Frédéric Berthet. (Ceci est, bien sûr, un compliment.) Ses phrases sont élégantes, gouleyantes et racées comme un Sancerre nouveau; son rythme est celui d’un puncheur, d’un sprinter, de Jan Janssen ou d’André Darrigade (le lévrier des Landes !). Ça déboule au détour d’un chapitre; ça s’échappe et ça lâche le peloton des idées de la bien pensance dès que la Raison et la Morale, ces deux cousines ternes et frigides, ont le dos tourné. Il faut lire Morales car il n’a pas peur – et il a raison – d’oser dire que c’était souvent mieux avant. En tout cas, avant que le tout économique et l’ultralibéralisme ne montrent leurs crocs répugnants et finissent par triompher.

    «Thomas doit être le seul sur Facebook à afficher des photographies des plus belles pin-up.»

    Thomas Morales se moque de la société actuelle avec force et vigueur et avec un talent inouï aussi. Et avec humour. Ici, il nous raconte comment, à cause du confinement, il s’exile dans son Berry natal. Il s’adonne donc à la lecture de ses écrivains préférés. Un homme qui lit Amours, le meilleur roman de Paul Léautaud, et les livres de Christian Laborde, d’Yves Charnet, d’Éric Neuhoff, de Jean Freustié, de Jacques Laurent, de Jean-Marc Roberts et de Jean-Edern Hallier ne peut pas être totalement mauvais. Eh puis, il y a l’amour qu’il déploie pour la France, pour notre si beau pays. Alors qu’aujourd’hui, il est de bon ton de se foutre de sa patrie comme de son premier smartphone, ou de se vautrer dans un européanisme hystérique ou un mondialisme délétère, lui, tel un Kléber Hædens, assume. «J’ai vu Nevers dans les yeux d’Yves Charnet et Toulouse dans ceux du vieil étudiant Éric Neuhoff», écrit-il, page 27. Il est drôle, toujours, amusant, notamment quand il défend avec passion le calendrier Pirelli qui «a annoncé l’abandon de sa prochaine édition. Depuis 1964, cet objet de tous les fantasmes n’est pas vendu dans le commerce mais envoyé gratuitement à quelques privilégiés. J’ai connu d’heureux bénéficiaires qui en étaient aussi fiers que de leur diplôme de chirurgien ou d’HEC. Mon père me disait souvent: L’humanité se partage en deux, ceux qui reçoivent le calendrier et les autres…» Il faut tout de même savoir que Thomas doit être le seul sur Facebook à afficher des photographies des plus belles pin-up des sixties et des seventies à la place de son cliché de profil. En ces époques où il faut faire attention quand on reluque un peu trop une fille, il a du cran. Même pas peur de se faire griffer! Amusant encore quand il larde sa narration des synopsis qu’il envoie à Pascal Thomas qui lui a commandé une comédie à l’italienne à propos du confinement. Amusant enfin quand il avoue qu’il a un ami communiste. Mais, Bon Dieu, de qui peut-il bien s’agir?

    PHILIPPE LACOCHE

    Paris-Berry Nouvelle vague, Thomas Morales, La Thébaïde, 109 p.; 12 €.

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le coup de coeur du marquis

    La Cagoule en hiver Michel Rateau aujourd’hui libraire indépendant à Amiens, longtemps militant du ...

    Pour mes amis Jean-Claude Michaux et Jacques-Francis Rolland

    Serait-ce le fait que je sorte moins ? Certainement. Une chose est sûre : je regarde ...

    Les coups de coeur du marquis…

                                                          Une juge en prison La très picarde Isabelle Rome, est devenu, il y ...

    L’Humanité se livre

    C’est un travail exemplaire et utile, très utile que vient de réaliser Valère Staraselski ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Michel Pruvot revient à la chanson Acordéoniste vedette, musicien, chanteur, auteur-compositeur, l’Abbevillois Michel Pruvot ...

    Les fils des humiliés

                                                     Dans son dernier roman, magnifique de compassion et d’engagement, Stéphane Guibourgé suit ...