Lectures : sélection subjective

     

    Mademoiselle Bambù, Pierre Mac Orlan; Folio. Sacré Mac Orlan! Dans l’un de ses récits, Blaise Cendrars, le bourlingueur, se fiche de sa poire. Il va voir l’écrivain dans sa maison de Saint-Cyr-sur-Morin, et l’épouse de Pierre oblige le Blaise, ancien légionnaire, à chausser les patins afin de ne pas abîmer le parquet, ce avec la bénédiction du maître des lieux. «Tu parles d’un aventurier», rigole intérieurement et gentiment le créateur de L’Homme foudroyé. Aventurier aux petits pieds? Peut-être mais quel écrivain! Ce superbe raconteur d’histoires n’a pas son pareil pour dépeindre les atmosphères des ports du Nord, des estaminets enfumés, et des mondes interlopes. Dans Mademoiselle Bambù, Mac Orlan se sert de son expérience et de ses souvenirs pour décrire aventuriers, flics, jolies putains et mauvais garçons. Tout simplement admirable. (Aventurier aux petits pieds? Pas tant que ça. Il fit la Grande guerre et fut blessé grièvement, devant Péronne, sa ville natale. Respect! Cendrars: langue de pute!)

    Monsieur Paul, Henri Calet; Gallimard. Henri Calet. Calet: c’est du lourd dans la littérature française. Pourtant, on a l’impression qu’on ne l’entend jamais. Il ne l’a jamais ramené avec sa tronche de comptable, ses lunettes à grosses montures façon Paul Nizan. Il eut une existence à la fois discrète et houleuse. Habitué des champs de courses, il piqua dans la caisse de son entreprise et dut s’exiler en Uruguay pour échapper à la justice. Les faits prescrits, il se fit une belle réputation dans les milieux littéraires et journalistiques, au sortir de la Deuxième guerre, repéré par Jean Paulhan et Pascal Pia. Dans toute son œuvre, il décrit avec humanité et sensibilité les obscurs de la société, ceux dont on ne parle jamais. S’il n’était pas mort un 14-Juillet de l’année 1956, nul doute qu’aujourd’hui, il eût pris fait et cause pour nos chers Gilets jaunes. Dans Monsieur Paul, un père rédige un testament à l’attention de son fils. Il y raconte sa vie qu’il enjolive un peu. En quatrième de couverture, Calet rédige un texte de présentation qui se termine ainsi: «Une vie à deux dimensions seulement: le passé, le présent; pas d’avenir.» «Sublime, forcément sublime», eût dit la Margot.

    PHILIPPE LACOCHE

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un roman audacieux et délicieusement osé

    Deux femmes (dont l’une, transgenre), éprises de liberté, se retrouvent confinées dans un taxi. ...

    Besson pour tous les goûts

    Les fans de Patrick Besson vont y trouver leur compte : il sort en ...

    Confiné au jardin : panique, il tond en casque

    «De mieux en mieux!» soupire le jardinier confiné. Puis, se reprenant: «Non. Plutôt de ...

    Le chemin des fugues

    Je serai l’invité du journal de France bleu Picardie, dimanche 19 novembre, à 8h10, ...

    Mes coups de coeurs

    Dictionnaire Le Père Albert fait Tintin Humoriste inénarrable et décalé, Albert Algoud est la ...

    François Marchand : le sniper des lettres

    Équipé d’un style de haut vol, il tire sur tout ce qui bouge et ...