Les carpes et les aviateurs

          Le marquis de Dessous chics est allé pêcher dans la mare de Lamaronde. Et les carpes se sont moquées de lui.

     

    La mare de Lamaronde, en face de l’église. Photo : Philippe Lacoche.

    Je n’ai pas effectué de recherches poussées sur l’origine du nom Lamaronde (Sud-Ouest d’Amiens). C’est peut-être mieux comme ça. Car, dans le cadre de cette série de reportages sur les mares du département de la Somme, il me fait rêver. Le village de Lamaronde ne doit-il pas son origine à une mare ronde, creusée dans la noirceur de la nuit des temps, autour de laquelle se seraient regroupées quelques maisons et habitants? Que les historiens locaux me pardonnent; il ne s’agit là que d’un fantasme. D’autant plus que, comme le précise le maire, Xavier Despréaux, «il n’y a pas si longtemps que ça, il y avait au moins quatre mares communales, sans compter les mares privées». Alors, pourquoi s’agirait-il de celle-là, celle où je m’apprête à tremper mes lignes d’ancien petit pêcheur ternois du canal de Saint-Quentin, en face de la délicieuse petite église (rénovée depuis peu), dont Xavier Despréaux est – à juste titre – si fier. De plus, elle n’est même pas ronde. Alors…

    Comme un adolescent

    devant un calendrier Pirelli

    À peine arrivé, je m’excite; ça bulle et ça saute de partout. Ça remonte de la vase marron clair. Certainement des carpes. J’ai le cœur qui bat; c’est l’instinct. Je sens que ça vient loin, de très loin en moi. Ce goût pour la capture, pour la traque. Je ne suis pas chasseur, certes; j’eusse pu l’être. La transmission a fonctionné: mon père était pêcheur, pas chasseur. C’est à peu près la même chose; le bruit en moins. Et nous, nos plombs, servent à redresser le bouchon de notre ligne. Justement, je lance celle-ci. Au bout: vers de terreau, puis asticot. Mais rien n’y fait; il y a trop peu d’eau. Quinze centimètres au-dessus de la vase. Pas plus. Les carpes n’ont pas l’air d’avoir faim; de plus, elles me voient. J’ai l’impression qu’elles rigolent. Elles remontent à la surface, me narguent, replongent se planquer dans la vase en laissant derrière elles d’exquises taches brunes. J’ai l’impression d’être comme un adolescent boutonneux devant un calendrier Pirelli. J’en bave, d’autant qu’il y en a des bien gaulées. D’au moins quatre cents ou cinq cents grammes. Ce jour-là, je reviendrai bredouille. Il fait terriblement beau. J’oublie les taches brunes et les carpes insaisissables et moqueuses. Et me mets à rêver. Je repense à ce que m’a dit Xavier Despréaux. Dans les temps anciens, à la faveur des mariages à l’église, quelques jeunes, un peu avinés, s’amusaient à se pousser dans l’eau de la mare. Je pense aussi à ces aviateurs du 12e escadron de la Royal Air Force (RAF), le sergent John Percy Boddington, et son ami Charles Sydney Burt qui s’écrasèrent dans le village le 8 juin 1940, nos chers amis alliés venus mourir en terre de France pour combattre ces pourritures de Nazis. À bord de leur avion en feu, aperçurent-ils, de leurs yeux pleins de terreur, la mare avant de rendre leur dernier soupir? Ce n’est certainement pas les carpes moqueuses qui me renseigneront. PHILIPPE LACOCHE

     

    Les prélèvements du CPIE.

    Brice Marier, chargé de mission biodiversité au centre permanent d’initiative pour l’environnement (CPIE) a procédé à des prélèvement dans la mare de Lamaronde. Ces constations sont les suivantes : ” Mare urbaine fortement eutrophisée avec pollution d’hydrocarbures. Les pentes sont abruptes et la mare bétonnée. Les espèces floristiques : Aubépine monogyne, Iris des marais, Saule pleureur, Orme champêtre, Pin sylvestre, Frêne commun. Les espèces faunistiques : les oiseaux : moineau domestique, pinson des arbres, mésange à longue-queue, hirondelle rustique, pigeon ramier. Pas d’amphibiens mais présence de poissons.

    La charmante petite église de Lamaronde a été rénovée. (Photo : Philippe Lacoche.)
    La mare de Lamaronde au début du siècle dernier. Les agriculteurs venaient s’y approvisionner en eau. (Archives : Xaviers Despréaux.)
    La plaque sur la mairie; elle rend hommage aux courageux aviateurs qui se sont écrasés sur le territoire de la commune en juin 1940; il venaient en terre de France pour combattre la vermine nazie. Gloire à eux! Reconnaissance éternelle. (Photo : Philippe Lacoche.)
    Les carpes se sauvent et replongent dans la vase; elles laissent derrière elles d’adorables petites taches brunes. (Photo : Philippe Lacoche.)
    Tout près de Lamaronde, de terrifiantes éoliennes nous rappellent le monde d’aujourd’hui alors que nous, nous ne voulons rêver qu’au monde d’avant. (Photo : Philippe Lacoche.)
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    3
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La belle et le faune

                                                         Valérie Trierweiller évoque la passion de Gustav Klimt et d’Adèle Bloch-Bauer, son ...

    La belle langue d’Antoine Blondin

    Il est des semaines chargées comme la langue d’Antoine Blondin. Difficile d’y échapper; on ...

    L’horrible Jugan: une âme noire et un livre lumineux

    Cet ignoble personnage hante le plus beau roman de Jérôme Leroy. Un texte inoubliable, ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Le pouls chantant Productrice, réalisatrice et journaliste, Mireille Dumas tire, dans ce livre, sur ...

    Confiné au jardin : arbre en fleur à l’automne d’une vie

    Un matin. Le jardinier confiné, mal réveillé, buspironé (10 mg) de la tête au ...