Les coups de coeur du Marquis…

    Singulier Alain Bashung…

    «J’ai tellement dépensé d’énergie pour avoir une place unique», confiait Alain Bashung. Artiste populaire et singulier, de son enfance alsacienne à son statut d’icône en empruntant des chemins des galères, il n’a eu de cesse de chercher la lumière. Tantôt chanteur à textes, tantôt crooner mais surtout rocker, Bashung l’explorateur possède une image à part dans la musique française. Il s’est renouvelé en permanence pour façonner son œuvre. Son but et pas des moindres? Redonner du lustre et des lettres de noblesse au rock de l’Hexagone. Ce livre album, œuvre de Stéphane Deschamps (aujourd’hui à la tête de l’Atelier de création radiophonique du Grand Est à Strasbourg) a été réalisé en collaboration avec la famille d’Alain et de la Sacem. Il revient sur le parcours hors norme de ce grand artiste, «qui a passé le Rio Grande pour rejoindre Buddy Holly, Dean Martin, Serge Gainsbourg, Léo Ferré dans le cercle très fermé des légendes». Ph.L.

    Alain Bashung, sa belle entreprise, Stéphane Deschamps; éd. Hors Collection. Préf. de Patrick Chamoiseau; 176 p.; 29 €.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Naufrage dans une coupe de pinot meunier

          La vieillesse est un naufrage. Plus moyen de savoir ce que j’ai bu ...

    Ça ne s’arrêtera donc jamais?

          Merlieux, Creil, Abbeville… Les salons du livre défilaient dans ma tête ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Pipin l’ironiste «Je suis un ironiste. La définition me correspond bien: écrire des textes ...

    Miossec, au comble de sa forme artistique, est à l’eau

        Il évoque son dernier album, ses changements de cap, et ses relations avec ...

    L’élégante mélancolie de François Long

      Cet album, magnifique et poignant, de François Long, n‘est pas né par hasard. Il ...

    Un retour scie… dérant!

    Celui d’un musicos nommé Scieur Z. En stand-by depuis des années, il revient sciesur ...