Les coups de coeur du marquis

    Conte

    Le grain de beauté

    L’écrivain amiénois Claude Tillier ne manque pas d’imagination. Il ne prouve ici avec ce charmant conte de Noël, La fille au grain dans l’œil, que publient avec élégance les éditions Engelaere, de Douai. Il nous fait découvrir les aventures de Cynthia qui serait la fille d’une sorcière. Sa mère, Agathe, semble dotée de pouvoirs maléfiques, ou tout au moins surnaturels. « N’avait-elle pas tué le chien de la châtelaine d’un seul regard ? » Et ce n’est pas tout : la soupe qu’elle prépara au vieux Barthélemy n’envoya-t-elle pas ce dernier vers la mort ? C’est dire si les villageois ne l’ont pas à la bonne. Ils finissent par perdre patience. Et la conduiront au bûcher. Mais, tout n’ira pas comme les massacreurs n’auraient souhaité… Ce beau conte poétique est illustré avec talent et douceur par Anne-Claire Giraudet. Une réussite. Ph.L.

    La fille au grain dans l’œil, Claude Tillier et Anne-Claire Giraudet ; Engelaere Éditions ; 25 p. ; 10 €.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Lectrice tu sauras tout sur Bott avant tes copines !

     Lectrice, mon faucre, mon amour, ma tendresse moite, mon animal humide, j’ai envie de ...

    La voix de la rose

    Albertine Sarrazin. En rédigeant cet article, je me demande ce qui, au fond, a ...

    Les talents multiples de Robert Mallet

    On le connaît par ses entretiens radiophoniques de Paul Léautaud. Il ne faut pas ...

    Presque un roman à clefs ?

      Avec le très réussi «L’Ambitieux», Patrick Poivre d’Arvor sonde les reins de la ...

     Au fond, j’ai un mauvais fond…

          Mes soirées se suivent et ne se ressemblent pas. Mes soirées? ...

    J’ai perdu Didier, puis j’ai perdu l’homme perdu

    «J’ai perdu Didier!», ne pus-je m’empêcher de penser quand, le mardi 12 juin, à ...