Les coups de coeur du marquis

    Murielle Compère sans manières

    Murielle Compère-Demarcy.

    Murielle Compère-Demarcy, dite MCDem, poursuit sa route de poète avec détermination, non-conformisme et exigence. On la retrouve ici avec Dans les landes de Hurle-Lyre, poèmes, textes courts et proses inspirés par Blaise Cendrars. «Risque-toi au poème/et avant de l’écrire, n’oublie pas de le vivre/ Comme Cendrars n’aimait pas le genre «poète»/ ils tordent les lettres en leur donnant des manières/ les lettres tu les attrapes elles te domptent tu t’en arraches/ les lettres tu les remets à l’envers et le poème-express/ rentre dedans, le poème rentre dedans». On y croise aussi Artaud, des Indiens et des bribes de quotidien. Murielle Compère-Demarcy fait gicler les mots et les émotions; elle sonde les eaux du temps qui passe et, par là même, fait siennes les fulgurances du poète-romancier créateur de La Main coupée. Ph.L.

    Dans les landes de Hurle-Lyre, Murielle Compère-Demarcy (MCDem), Z4 éditions; 137 p.; 14 €.

     

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    WOUAHWOUAH
    1
    TRISTETRISTE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La brise littéraire et le vent de l’Histoire

        La républicaine Danièle Sallenave revient dans son Anjou d’origine, clérical et conservateur. ...

    Éric Holder : le capteur d’atmosphères

    Il nous entraîne dans les pas d’un bouquiniste reclus dans une forêt du Médoc. ...

    Disques et livres

    ROCK Zebra ne manque pas d’Ham Zebra était le bassiste du groupe rennais, Billy ...

    Confiné au jardin : il ne pense plus qu’à bouffer !

    Le confinement réussit-il au jardinier confiné? La question reste posée. Une chose est sûre: ...

    L’Humanité se livre

    C’est un travail exemplaire et utile, très utile que vient de réaliser Valère Staraselski ...