Les coups de coeur du marquis…

    Poésie

    Regrets automnaux

    Denis Tillinac. Photo : Jacques Sassier.

    «Elle penchée à son balcon/ Tableau de genre: songeuse à la cigarette/ Elle très nue corps sur canapé/ Étiré jambes ouvertes tête renversée/ Une main pianotant au creux du ventre/ Quel blues désemparé?» Quel blues? On se le demande. Serait-ce «I’m a king bee», version Slim Harpo? Ou «Crawlin’ King Snake», de John Lee Hooker, façon Doors? C’est beau, cette femme qui fume au balcon et qui finit par pianoter au bas de son ventre humide un mystérieux blues de ses doigts avides et experts. Le poème s’intitule «Elle»; il est de Denis Tillinac, l’un de nos meilleurs prosateurs à qui nous devons des petits joyaux comme Spleen en Corrèze, L’Été anglais et Je nous revois… Son recueil de poèmes – le premier publié – s’intitule Sur le pont des regrets. C’est un délice de finesse, de mélancolie, de brumes françaises tout au fond des automnes perdus de l’enfance. Le Dilettante n’en a tiré que 999 exemplaires. Vous savez ce qu’il vous reste à faire. PHILIPPE LACOCHE

    Sur le pont des regrets, Denis Tillinac; le Dilettante; 87 p.; 12 €.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

      La bonne humeur d’un réac’n’roll

      Je suis de bonne humeur ce matin. La raison? En me rasant, j’ai ...

      Jeanine et Chantal : bonjour tristesse

    J’ai déjeuné, il y a peu, avec l’écrivain et créateur du blog très remarqué ...

    Retraite, âme slave et combats d’acier

     Chaleureuse cérémonie, l’autre soir, dans les locaux historiques de la Direction régionale des affaires ...

    « Houellebecq ne ment jamais. Jamais »

                                      Voilà ce qu’estime Benoît Delépine, rencontré devant une bière fruité consommée à la ...

    Son prénom, c’est Micheline

      «Mon prénom, c’est Micheline!» Elle est donc venue, Micheline; elle a quitté son ...

    La vie en rose à la Fête des plantes de Doullens

    Quel plaisir d’avoir été invité à parrainer la rose Albertine Sarrazin, lors de la ...