Les coups de coeur du marquis…

    Berthet revient

    Né le 20 août 1954, à Neuilly-sur-Seine ; mort le 25 décembre 2003, à Paris. Entre deux, Frédéric Berthet fut l’un des meilleurs écrivains français. Pas le plus connu, certes, mais quel talent ! Les néo-hussards d’aujourd’hui ne cessent de rendre hommage à celui qu’ils considèrent, à juste titre, comme leur frère d’arme. On lira dans la première page Livres de notre bon Courrier picard, que Christian Authier a attribué le nom de Berthet l’un des deux personnages centraux de son dernier roman. Patrick Besson, Éric Neuhoff et quelques autres qui l’ont connu, l’adoraient. Ancien élève de l’École normale supérieure, Berthet fut pensionnaire de Bibliothèque nationale de France où il œuvra longtemps sur le fonds Barrès. Styliste hors pair, titulaire d’un humour ravageur, Frédéric Berthet, fascinait autant qu’il passionnait. Avec un subtil bandeau « Trente ans sans lui » qui recouvre le bas de la couverture, la Petite vermillon, collection poche de la Table Ronde a la bonne idée de rééditer son chef-d’œuvre : Daimer s’en va. Lisez ou relisez Berthet. Rien que du plaisir. PHILIPPE LACOCHE Daimler s’en va, Frédéric Berthet ; préf. de Jérôme Leroy ; La Table Ronde, coll. la Petite vermillon ; 121 p. ; 6,10 €.

     

    À la (douze) mesures de son talent

    Que dire d’autre ? Vous avez le blues ? Vous vous enfoncez tout doucement – mais sûrement – dans la déprime la plus profonde, et soudain, soudain, vous mettez ce fichu disque dans la fente (ah ! la fente !) de votre pourriture d’ordinateur, et soudain, ou soudain, l’horizon de votre vie de merde s’éclaircit un peu. C’est ça la magie de Clapton (entre autres). Oui, entre autres car ce Life in 12 Bars, bande originale d’un nouveau documentaire consacré à Eric Clapton, regroupe également des perles de Big Bill Broonzy, de Muddy Waters, etc. Cette B.O.F. reprend of course des titres des Yardbirds, de Derek & the Dominos, des Cream, de John Mayall’s Bluesbreakers, de Blind Faith, des Beatles, d’Aretha Franklin, de Muddy Waters et de Clapton en solo, et contient quatre titres inédits. Passer à côté de « Crossroads » relèverait du masochisme. Jetez-vous sur ce double CD ; c’est un pur délice. Ph.L.

    Life in 12 bars, Eric Clapton. UMC. Universal.

     

    Fédéric Berthet, écrivain. Un talent, une aura.

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Vailland-Soulages : un match de haut niveau

      Le 27 mars 1961, Roger Vailland passe l’après-midi avec le peintre Pierre Soulages ...

    Valère Staraselski ou l’anti gauche caviar

     « Qui méprise le peuple n’a aucune exigence envers lui. Le plus souvent, il ...

    Des regrets face à la marraine de Marennes

    Certaines rencontres génèrent des regrets. J’étais au Salon du livre de Noël de Saint-Quentin ...

    Chemises mondialisées et gilets jaunes

         Je n’ai pas envie de critiquer mes gilets, surtout les jaunes. Je ...

    Thomas l’au(to)dacieux aime le barbecue

      Thomas Morales, bretteur devant l’Éternel, sort un «Éloge de la voiture» et défend ...

    Lecture pour tous

     Pas un livre pour enfants, ni pour adultes, ni pour vieillards. Un peu tout ...