L’infecte puanteur du nazisme

    Dans un roman magistral, Franz-Olivier Giesbert fait comprendre comment l’ignominie est née en Allemagne.

    Franz-Olivier Giesbert. Photo : Francesca Mantovani.

    Il est des romans bien plus forts que les essais et les pamphlets. Le Schmock, de Franz-Olivier Giesbert, est l’un de ceux-là. Ceux qui – s’il en reste – douteraient encore de l’ignominie de cette pourriture d’Hitler et de sa bande de crevures de nazis doivent lire ce livre; ils comprendront. Ils se révolteront, puis auront envie de vomir. Le nazisme donne la nausée. Il est incomparable dans sa barbarie: elle est inégalée. La force de Franz-Olivier Giesbert consiste à résumer ça dans un roman. Dans un roman où figurent histoires d’amours, tendresse, folie, cruauté, et humour. C’est digne des plus grands: Balzac, Dumas, Céline, Vailland, Déon et quelques autres.

    «Sous les insultes et les coups des SS que ces exercices mettaient en joie.»

    Faut-il rire quand l’auteur nous fait sentir la réelle puanteur du nazisme et des nazis? Page 46, à propos d’Hitler: «(…) il sentait si mauvais. Il avait l’haleine, la sueur infectes. Autour de lui, l’air était irrespirable, les personnes sensibles faisaient des malaises.» Page 141: «Tous les historiens s’accordent sur ce fait essentiel qui pouvait expliquer les nombreuses grimaces ou colères d’Hitler: il avait des gaz. Wagner de la flatulence, il lâcha ainsi, ce jour-là, un pet malodorant, puis un deuxième, et encore un autre, tout en parlant d’un ton dégagé, pendant que ses voisins de table étaient au bord de la suffocation.» Rien de plus normal: la charogne, ça pue. La connerie et la folie méchante aussi. Page 373, après avoir rappelé qu’Himmler était sans doute l’un des seuls qui fussent normaux (bien qu’immonde et machiavélique), les autres dignitaires «étaient soit des psychopathes (Goebbels, Heydrich), soit des fripouilles (Göring, Bormann), soit des demeurés (Hess, Rosenberg). Sans parler d’Hitler, gibier de psychiatres, rongé par la haine, voire la syphilis.» Dans le même ordre d’idée, la définition du mot yiddish «schmock» est imparable et convient parfaitement au créateur de Mein Kampf: «Un imbécile, un pénis, un idiot, une ordure».

    Ce roman impeccable, efficace et puissant, pourrait aussi servir de remède contre ce vice increvable qu’est l’antisémitisme. Les personnages juifs sont d’une grande justesse. Et Franz-Olivier Giesbert possède l’art, mine de rien, sans larmoyer, sans démagogie, d’exposer la souffrance immense de ce grand peuple.

    Gymnastique punitive à Dachau

    Exemple: la pratique de la gymnastique punitive, à Dachau, mise en place par Theodor Eicke, l’un des premiers commandants du camp mortifère; elle consistait à «faire courir pendant des heures «la racaille juive» et à l’obliger à courir, ramper, rouler dans la boue, marcher à quatre pattes, traverser des taillis épineux, boire l’eau sale des flaques, sous les insultes et les coups des SS que ces exercices mettaient en joie.» Si ce n’est pas du sadisme, qu’est-ce donc?

    Ce livre gagne encore en force quand on sait que Giesbert – fils d’un ancien GI, bardé de médailles, débarqué en Normandie le 6 juin 1944, dans une des premières vagues–, est issu de sangs mêlés: normand, allemand, autrichien, juif, anglais et écossais. Qui de mieux placé que lui, pour tenter de comprendre «pourquoi tant d’Allemands «bien» respectables, avaient pris à la légère la montée du nazisme tandis que les Juifs tardaient étrangement à fuir»? Ce très grand roman (digne des Poneys sauvages, de Michel Déon) y répond de magnifique manière.

    PHILIPPE LACOCHE

    Le Schmock, Franz-Olivier Giesbert, Gallimard; 402 p.; 21,50 €.

    Franz-Olivier Giesbert, écrivain, journaliste photographié à Amiens en juin 2013. Photo : Philippe Lacoche.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    GrrrrGrrrr
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les retrouvailles de deux fauves

    Gérard Guégan redonne vie à la dernière rencontre entre Hemingway et Hammet. En 2015, ...

    Benoît Duteurtre par delà le bien et le mal

      L’excellent romancier se fait essayiste avec un recueil de sulfureuses chroniques dans lesquelles ...

    Tous ces souvenirs au «Couleurs d’antan»…

             Il y a peu, Vincent Freytel, dit Flamm, batteur des Rabeats – mais aussi ...

    Drôles de jeux grecs à Mykonos

      C’est un court roman (125 pages), vif, surprenant et étrange. C’est du Patrick ...

    L’eau de vie de la littérature

    C’est ainsi que Sébastien Lapaque qualifie la nouvelle, un genre qu’il adore. Il a ...

    Politiquement correct : Gardin notre sang-froid

          Les femmes m’ont beaucoup appris. Moi qui, en dehors de Louis ...