Les coups de coeur du marquis…

    Femmes d’esprit et de style

    Quelle bonne idée! Deux hommes de goûts et de qualité (au sens XVIIIe du terme), Dominique Guiou, fondateur de Nouvelles Lectures et Emmanuel Bluteau, fondateur de La Thébaïde, viennent de s’associer. Ainsi, certains des délicieux et subtils i.books de Dominique pourront abandonner la verticalité de l’écran et se reposer en se couchant sur papier. Il fallait bien que ces deux-là se rencontrent; ils vont dans le même sens. Celle de la littérature de haute tenue, c’est-à-dire celle qui s’élève au-dessus des idées, politiques, philosophiques et religieuses. L’important, pour eux, est qu’elle soit bonne. Goûteuse. «La littérature demeure au cœur de nos existences. Surtout la vraie», écrivent-ils dans la préface. Le premier volume, L’Esprit des femmes, regroupe les hommages de Myriam Thibault à François Sagan, de Patrick Grainville à Marguerite Duras, de Bénédicte Martin à Simone de Beauvoir, de Jean Chalon à Colette et de Lilian Auzas à Madame de Staël. C’est carrément délicieux! PHILIPPE LACOCHE

    L’Esprit des femmes, collectif; éd. Duetto et La Thébaïde; 84 p.; 10 €.

     

    Les mots camaïeux de Mahieux

    Il en est de la poésie comme de la littérature. La meilleure est celle qui tourne le dos aux afféteries, aux brillances ridicules, aux modernités ennuyeuses. La poésie de Denis Mahieux, Axonais (Thiérachiens? Soissonnais?) et fier de l’être, a bien compris cela; on est en droit de l’en remercier. Denis Mahieux étale, ton sur ton, les nuances d’une mélancolie palpable. En d’autres temps, l’immense Verlaine ne faisait rien d’autre. Dans «Pluie», il écrit: «De son manteau gris/ Une douce pluie/ Enveloppe la ville/ Ses larmes qu’elle verse/ Tristement sur les murs/ S’assemblent et serpentent/ Le long des façades/ Avant d’aller mourir/ Sous les pieds des passants.» On se croirait à Vervins ou à Soissons, en novembre ou en mars. Au choix. Denis Mahieux nous tient la main sous l’averse. Un beau recueil. Ph.L.

    Rêves éveillés, Denis Mahieux; illustrations en linogravure de Noémie Mahieux; éd. Ressouvenances; 79 p.; 12 €.

     

    La couverture du très beau livre L’Esprit des femmes.
    Denis Mahieux, photographié récemment au Salon du Livre de Soissons.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    DICTIONNAIRE Bravo, Morales!

      Ce livre est une pure merveille. Et il est courageux. Écrire sur l’automobile ...

    La Résistance à hauteur d’homme

     Pierre-Yves Canu, Picard d’adoption, fut un grand résistant d’une modestie exemplaire. Je resterai abeille. ...

    BB: l’art de nous plaire

       L’essai de Marie Céhère révèle une femme complexe. Belle à défroquer un pape ...

    À la recherche du Besson perdu…

         L’auteur d’«Ah?! Berlin», ne perd jamais son temps : qu’il pense ou ...

    Le coup de coeur du marquis…

    Ces carnets qui font rêver Quel bonheur pour un écrivain ou un journaliste ou ...