Crénom Denon! Un XVIIIe très Vivant!

       «Point de lendemain», de Vivan Denon: un texte majeur de la littérature libertine.

    Àh! point de moral, je vous en conjure; vous manquez l’objet de votre emploi. Il faut m’amuser, me distraire, et non me prêcher.» On ne le dira jamais assez: les écrivains du XVIIIe siècle ne manquaient ni de style ni de panache. Lire ou relire Dominique Vivant Denon (1747-1825), et particulièrement Point de lendemain – court roman, présenté ici comme conte, modèle de la littérature libertine; première version en 1777; seconde version en 1812) est un régal. On ne s’en lasse pas. Ce texte nous permet de remettre nos pendules de lecteur à l’heure. Contrairement à l’idée qu’on s’en fait au XXIe siècle, la littérature libertine ne fait jamais dans l’outrage, le sexuel à tout prix et surtout jamais dans le vulgaire ou le grivois. Tout est dans le subtil, le style, l’art de la séduction, de la suggestion. On rhabille les amants pour mieux les déshabiller. C’est délicieux.

    «J’ai beaucoup joui»

    Dominique Vivant Denon était un orfèvre du genre. (Il y en a d’autres, le plus célèbre étant bien sûr Choderlos de Laclos.) Rien, pourtant, ne prédisposait cet homme à évoluer dans ce genre. Administrateur, graveur, écrivain et diplomate, devenu directeur général des musées, il se distingua dans l’organisation du musée du Louvre. Certains voient en lui un précurseur de l’égyptologie, de l’histoire de l’art et de l’égyptologie. Comme il le précisait à Lady Morgan dans La France: «Je n’ai rien étudié, parce que cela m’eût ennuyé. Mais j’ai beaucoup observé, parce que cela m’amusait. Ce qui fait que ma vie a été remplie et que j’ai beaucoup joui.» Tout est ici dans l’emploi du verbe jouir. Jouir, il en est beaucoup question dans Point de lendemain. Mais cela n’est jamais montré, démontré; jamais on ne franchit le seuil de l’alcôve. Tout est dans l’imagination, le sous-entendu. Jamais sournoiserie n’aura été aussi agréable. Que nous raconte-t-il, Vivant Denon dans ce conte? Cela débute à l’Opéra. Un très jeune homme légèrement naïf, ou jouant à l’innocent, rêve pourtant du plaisir extrême. Il est appelé par Mme de T… qui se trouve dans la loge voisine. Il se laisse entraîner par cette dame plus âgée, charmante, mariée, couverte d’amants, et délicieusement expérimentée. Ils s’avancent tous deux dans la nuit. Que cherchent-ils? Cela n’est pas clair et c’est tant mieux. Car tout le jeu, tout l’enjeu est là. Rien n’est explicité. On comprend bien vite qu’ils doivent obéir à un cérémonial joliment orchestré. Dans l’ombre, règne le maître des cérémonies: le mari de la dame mûre. La belle et voluptueuse initiatrice n’a pas son pareil pour tirer les ficelles. Le jeune homme saura-t-il en profiter? Tout se joue dans la saveur infinie de la discrétion: «Ces traces du plaisir m’en rappelaient la jouissance. Enfin elle me parut plus séduisante encore que mon imagination ne se l’était peinte dans nos plus doux moments. Le lambris s’ouvrit de nouveau, et la discrète confidente disparut.» Voilà qui est dit et bien dit. Pas étonnant que les grands stylistes qui suivirent (Stendhal, Vailland, etc.) se fussent inspirés de Vivant Denon et de quelques autres. Les raffinements du XVIIIe siècle nous manquent cruellement en ce monde de brutes qui est le nôtre. PHILIPPE LACOCHE

    Point de lendemain, Vivant Denon; Folio; 82 p.; 2 €.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Patrick Besson : « Je lis très peu les articles politiques »

                      Il donne peu d’interviews. Surtout quand il s’agit de presse, de journalisme, de ...

    Disques et livres

    ROCK Zebra ne manque pas d’Ham Zebra était le bassiste du groupe rennais, Billy ...

    Les coups de coeur du marquis

                                         L’humour de Maulin Olivier Maulin n’est pas un novice. Il nous a donné ...

    La France d’avant, c’était mieux

    Ce matin, j’ai entendu l’ancien gaucho Daniel Cohn-Bendit sur France Inter. Il défendait l’Europe. ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Cum Jubilo bientôt à Amiens Alors que l’on célèbre les vingt ans de l’inscription ...