DICTIONNAIRE Bravo, Morales!

     

    Ce livre est une pure merveille. Et il est courageux. Écrire sur l’automobile aujourd’hui c’est aussi mal vu que de dire qu’on aime la France, les douaniers et Brigitte Bardot. Les donneurs de leçons de l’écologie sont passés par là. Les ultra-féministes aussi qui dénoncent l’outil phallique qu’est la bagnole. Thomas Morales, lui, assume. Il a toujours aimé les voitures, et ce depuis toujours. Il commence son dictionnaire par l’Alfa Romeo Guilia et Charles Denner, l’un des meilleurs acteurs français, et le termine par Charlie Watts, batteur des Stones, collectionneur qui n’a pas son permis de conduire. Ce livre pétille d’intelligence, de vivacité, de littérature et bon conseils cinématographiques. Morales : un esthète et un excellent écrivain.

    Ph.L.

    Dictionnaire élégant de l’automobile, Thomas Morales, éd. rue Fromentin, 183 p.; 23 euros..

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    CHRONIQUESLes petits cailloux de Gravier

    Il est bien placé, cet article, à la gauche de celui, central, consacré à ...

    Quelques petites chroniques littéraires

    L’écrivain Angot Il faut reconnaître ses erreurs; par le passé, j’ai écrit que Christine ...

    Arnaud Le Guern, un Morand sans le cœur sec

    «Adieu aux espadrilles» est un adorable petit roman, sensuel et gracieux, nimbé d’une mélancolie ...

    Jacques Béal ressuscite le Saint-Leu d’antan

      L’ancien grand reporter du Courrier picard nous donne à lire un excellent roman ...

    Une si subtile analyse de l’amour

        Philippe Vilain excelle pour décrire la passion. Son dernier roman le prouve. ...

    Un autre Frédéric Beigbeder

    Dans cet essai éclairant, Arnaud Le Guern dévoile d’autres faces plus cachées de ce ...