La France d’avant, c’était mieux

    Ce matin, j’ai entendu l’ancien gaucho Daniel Cohn-Bendit sur France Inter. Il défendait l’Europe. J’ai eu mal. Mal à la gauche. Celui qui, en mai 1968, au côté de Sauvageot et de quelques autres, symbolisaient, pour nous, jeunes prolos, l’espérance d’un monde meilleur, l’espérance de mettre à genou cette cochonnerie de capitalisme, l’entendre ce matin défendre cette Europe des marchés, j’ai eu honte. Honte de m’être fait berner par tous ces anciens gauchos, néo-libéraux. Quand un confrère lui a demandé s’il était encore à gauche, il a hésité, et il a répondu qu’il ne savait pas, le Daniel. Dany le Rouge; Dany le Vert. Dany le Jaune, oui!

    Je te livre, lectrice, l’article que j’ai écrit ce matin dans le Courrier picard sur le livre de Picouly. Je m’y retrouve dans ce livre jacobin, nostalgique. Certains diront que j’appartiens à une gauche ancienne, que je défends la France moisie. Je l’aime moi cette France. Garde ton Europe allemande, ton Europe des marchés, ton Europe de l’injustice sociale, Dany le jaune! Je n’en veux pas. Ph.L.

     

     C’était la France d’avant. Celle qu’on aime quand est né au cœur des années cinquante. La France des Trente glorieuses, celle du Général (qui inspirait discussions, admiration, contestation et respect), du plein emploi. On n’avait pas encore connu mai 1968, les années sida, l’ultralibéralisme, l’Euro-hystérie et la pensée unique. C’était la France d’un capitalisme doux, joyeux, paternaliste, républicain et patriote. Il y avait dans l’air des odeurs de craie, de tableau noir mouillé par l’éponge plongée dans le seau ramené par l’élève de corvée – comme à l’armée. Il y avait les leçons de morale dans le respect de la laïcité absolue. On apprenait la géographie avec de grandes images inspirées du géographe Vidal de La Blache. On y voyait une ferme, la mine, les cotonnades du Nord, la circulation urbaine. Tout

    Daniel Picouly restitue une France qui m'est chère : celle des Trente glorieuses.

    était à sa place. Rassurant. Plein de repères. Dans la cour de récréation, on se fichait des peignées. On ne se massacrait pas encore à coups de battes de base-ball. C’était hier ; c’était mieux.
    PHILIPPE LACOCHE
    «Nos géographies de France », Daniel Picouly, Hoëbeke, 188 p., 30,50 euros.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Du napalm aux jonquilles du Valois

    Poétique, ce deuxième roman d’ évoque l’exil et la guerre du Vietnam. L’histoire commence ...

    Franz-Olivier Giesbert est devenu journaliste par hasard

      C’est ce qu’il confie dans l’entretien qu’il nous a accordé à l’occasion d’une ...

    Les goûts sûrs d’Eric Neuhoff

      L’écrivain, critique cinématographique au « Masque et la Plume », dresse un succulent panorama de ...

    Qui a tué Fabrice du Roscoät?

      C’est la question que se pose Michel Embareck, dans un polar rondement mené, ...

    Lacoche rend hommage à Vailland

    Afin de célébrer le cinquantenaire de la disparition de Roger Vailland, Philippe Lacoche lui ...

    Le chef-d’oeuvre de Yann Moix

    Mille cent quarante-trois pages. Un pavé dans la bonace de la rentrée littéraire. Yann ...