L’écrivain Julien Carré et Le Chemin des fugues

    Mon camarade et ami Julien Carré a aimé Le Chemin des fugues.
    Il m’a fait part de ses impressions.
    Et il m’a autorisé à vous en faire part. Je l’en remercie, et le remercie pour ce texte qui m’émeut tant il est juste et subtil.
    Le voici :

    Bonsoir Philippe.

    L’écrivain Julien Carré.

    J’ai fini cet après-midi Le Chemin des Fugues, sous le soleil, après la manif, joie des jours de grève. Et ça tombait bien, après le défilé sur Boulogne, j’avais bu une bière avec deux très vieux communistes qui crachèrent avec une hargne revigorante sur Robert Hue… fossoyeur du PCF…
    Bref.
    J’ai aimé ton livre. Comment ne pas vouloir trinquer avec Pierre Chaunier, même si cela le tue… J’ai pensé à René Fallet dans un premier temps puis ai retrouvé le ton de tes chroniques, c’est pas la peine de chercher des références, c’est bel et bien du Philippe Lacoche. Le basculement dans le récit fantastique, le délire d’ivrogne dans la “maison de repos” et les références de la folle nuit où les deux compères ont droit à une permission sont des moments de bravoure. Ton écriture colle au propos, c’est enlevé, Joyeux, de la vraie Joie, celle de Bernanos et qui est le contraire du “festif”, terme moderne pour désigner l’ennui. Une Joie véritable, avec de vrais morceaux de désespoir dedans et une rasade de mélancolie, lourde bière brune où se noyer encore et encore.
    Le thème du refus (raisonné) de la modernité me plaît particulièrement. Tout ce “moderne” n’est que le triste manteau du capitalisme dans sa phase d’expansion finale. Et le conchier est une attitude saine.
    Et ta germanophobie me réjouit, pleine de mauvaise foi mais héritage précieux des grands-parents… L’Allemand est un voisin correct mais envahissant. Et les banquiers allemands qui gouvernent l’Europe n’avaient sans doute pas tous des grands-pères résistants…

    Merci pour ce livre donc. Et j’ai beaucoup aimé, page 99, cette image : “en filant d’un pas de bakouniste”.
    Si je ne pense pas rencontrer Pierre Chaunier, je ne désespère pas trinquer avec toi en son honneur.

    Salut et Fraternité.

    Julien Carré

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les coups de coeur du marquis

    Qui est sur scène? Du lourd! Le légendaire groupe britannique avait donné, le 4 ...

      Piazza : un Vialatte mondialisé et à bicyclette

      Vingt-huit textes, entre récits et fables, portraits délicats et émouvants, œuvre d’un écrivain discret ...

    Couderc et Cuba dans l’actualité

    L’ancien grand reporter propose un roman somptueux et bien ficelé. À ne pas manquer. ...

    Bonjour,

    <div id=”Bcorps”  style=”padding: 10px 5px 10px 5px; width: 150px; border: 1px solid #cccccc;}” ><div ...

    Michel Bussi revient à Veules-les-Roses

    Pour la sortie de son nouveau livre, Michel Bussi a revisité la station balnéaire, ...

    Le coup de coeur du marquis…

    Le lumineux «Robic» de Laborde «Robic est un champion, Laborde un écrivain, et ce ...