Categories
Littérature

Modiano dans le quartier

Les lecteurs qui n’auraient entendu parler de Patrick Modiano que depuis l’attribution de son Prix Nobel, ne doivent pas commencer par lire son dernier roman. Non pas qu’il soit mauvais, non. Modiano est un sublime écrivain, le plus grand contemporain français. Mais ce Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier est loin d’être son meilleur. Il s’agit de ce qu’il est convenu d’appeler un roman de transition. Un petit caillou de plus qui balise le chemin tortueux mais têtu de ce grand prosateur. Il faut lire ses meilleurs romans : Villa triste (immense œuvre, ode à la nostalgie et à la mélancolie), Livret de famille, De si braves garçons, Quartier perdu, Dora Bruder, La petite Bijou. Ensuite, on lira ce dernier opus avec un plaisir non dissimulé. On y parle de Wimpy, totalement oublié, dévoré par McDonald’s ; de Saint-Leu-la-Forêt ; d’un homme qui développe une insistance d’insecte. Daragane, on le devine, doit beaucoup ressembler à Modiano enfant. Et il y a cette phrase si belle : « Il n’avait écrit ce livre que dans l’espoir qu’elle lui fasse signe. » Superbe.

Patrick Modiano, sur cette photo, est peut-être en train de penser à Jean Cau, à Jacques-Francis Rolland, à Maurice Raphaël. On ne sait pas exactement.
Patrick Modiano, sur cette photo, est peut-être en train de penser à Jean Cau, à Jacques-Francis Rolland, à Maurice Raphaël. On ne sait pas exactement.

Ph.L.

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, Patrick Modiano, Gallimard, 146 p. ; 16,90 €.

Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
0
J'AIMEJ'AIME
0
J'ADOREJ'ADORE
0
HahaHaha
0
WOUAHWOUAH
0
SUPER !SUPER !
0
TRISTETRISTE
0
GrrrrGrrrr
Merci !

By Philippe Lacoche

Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog !
En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy.
En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll.

On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde).

Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.).
Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout.
Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *