No Pasaran!

    Fallait-il écrire «Beau livre», en têtière de cet article? Un beau livre, c’est souvent gros et beau; ça fait rêver. Mais c’est aussi inutile qu’un voyage sous les cocotiers. Non seulement La tentation du pire, L’extrême droite en France, de1880 à nos jours est un livre utile. Mieux: il est essentiel. Car ses auteurs principaux Pierre-Louis Basse et Caroline Kalmy, et leurs collaborateurs (Dany-Robert Dufour, Benjamin Stora, Jérôme Leroy et Adrien Gombeaud) n’y vont pas avec le dos de la cuillère: ils balancent bien; ils swinguent. On en ressort abasourdi par la bêtise méchante, vulgaire et puérile de cette extrême droite française que certains voudraient voir prendre les rênes du pays. Dans la préface, Pierre-Louis Basse a l’intelligence de rendre hommage à Vladimir Jankélévitch qui, d’emblée, dénonça Vichy-la-honte. Riche de quelque 350 photos et illustrations, ce livre remarquable met en lumière les sales gueules des fachos de1880 à nos jours. «Un appel vibrant à la vigilance, avant qu’il ne soit trop tard.»

    La tentation du pire, Pierre-Louis Basse. Novembre 2013.

     

    Ph.L.

    «La tentation du pire, l’extrême droite en France de 1880 à nos jours», Pierre-Louis Basse et Caroline Kalmi, Hugo Image. 288 p.; 40 euros.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Couderc et Cuba dans l’actualité

    L’ancien grand reporter propose un roman somptueux et bien ficelé. À ne pas manquer. ...

    L’Humanité se livre

    C’est un travail exemplaire et utile, très utile que vient de réaliser Valère Staraselski ...

    La brise littéraire et le vent de l’Histoire

        La républicaine Danièle Sallenave revient dans son Anjou d’origine, clérical et conservateur. ...

    Destins fracassés à coups de ballets roses

        Avec «La vérité sur la comtesse Berdaiev», roman étincellant, Jean-Marie Rouart dessine ...

    Qui a tué Fabrice du Roscoät?

      C’est la question que se pose Michel Embareck, dans un polar rondement mené, ...