Paul-Jean Toulet nous aide à comprendre les femmes

    Le dessinateur, peintre et écrivain Soluto (qui sera mon condisciple de rentrée au cours de l’imminente rentrée littéraire aux éditions du Rocher) m’a fait parvenir quelques délicieuses citations, fruits des cogitations du poète Paul-Jean Toulet.

    Je l’en remercie.

    Les voici :

    Aimer son mari, c’est payer un fournisseur. – Aimer un amant, c’est donner aux pauvres.

     

    Quand on a raison, il faut raisonner comme un homme; et comme une femme, quand on a tort.

     

    Ce que j’ai aimé le plus au monde, ne pensez-vous pas que ce soit les femmes, l’alcool et les paysages ?

    Je trouve ça imparable.

    Ph.L.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’ombre d’une tante

    Prix Rernaudot Essai 2012 avec « Le Dernier modèle », Franck Maubert sort un roman d’une ...

    Les coups de coeur du marquis

    Qui est sur scène? Du lourd! Le légendaire groupe britannique avait donné, le 4 ...

    «Patrick Poivre d’Arvor : « Les livres, c’est capital dans ma vie »

    Il est venu signer son dernier livre « Seules les traces font rêver » à la ...

    Éric Holder : le capteur d’atmosphères

    Il nous entraîne dans les pas d’un bouquiniste reclus dans une forêt du Médoc. ...

    Le panache si français de Christian Authier

                  Christian Authier dresse un portrait de cette France qui se souvient de l’Histoire, de ...