Poésie : les mots fruités de Murielle

     

    Murielle Compère-Demarcy.
    Murielle Compère-Demarcy.

    Page 37: «Contre cette falaise/effritée du dire/ le vent ascendant/aura relayé les ailes/du goéland doré/ trop lourd d’avoir/ contré la pluie». La poésie de Murielle Compère-Demarcy, c’est ça. Des mots qui se cognent, météorites de sens et de sensibilité. Fusent les images, les étincelles, les émotions. Ses mots, simples, nous parlent. Ce goéland, lourd de pluie, on le voit. Murielle Compère-Demarcy a la poésie exigeante mais jamais absconse. On est en droit de l’en remercier. Page 9: «Parfois on voudrait que l’oiseau/débrousse les ronces du sommeil/ qu’il vienne élaguer de ses yeux/ les halliers de la veille/ allumer de ses feux/ la vigie de bienveillance/ un brasier d’insouciance/ des cendres du soleil/ – pour les sentinelles de l’aube». Ses poèmes ont le goût précieux des proses fruitées des poètes essentiels. Superbes et délicates illustrations de Didier Mélique. Ph.L.

    Signaux d’existence, suivi de La Petit fille et la pluie, Murielle Compère-Demarcy, illustration, Didier Mélique; éd. du Petit Véhicule; 95 p. 25 €.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Drôles de jeux grecs à Mykonos

      C’est un court roman (125 pages), vif, surprenant et étrange. C’est du Patrick ...

    Jacques Béal ressuscite le Saint-Leu d’antan

      L’ancien grand reporter du Courrier picard nous donne à lire un excellent roman ...

    Je me souviendrai… Mai gris et seize que

            Je me souviendrai que nous étions le 23 mai 2018, date printanière, mais qu’il ...

    Georges Mandard, poète, ne sera jamais charcutier

    L’excellent Gérard Pussey propose un petit livre hilarant et très réussi, constitué de saynètes ...

    Editeur de Pantin, le Castor Astral publie le Nobel

      Rencontre avec Jean-Yves Reuzeau, fondateur du Castor Astral, éditeur de Tomas Tranströmer, qui ...

    Deux livres et une pièce pour Lacoche

      Philippe Lacoche dédicacera ses deux derniers livres (Les Boîtes, nouvelle, éditions Cadastre8Zéro, et ...