Quelques coups de coeur

    POESIE

    Éblouissante, Murielle

    Murielle Compère-Demarcy n’a pas peur des mots. Elle a raison: ça lui va bien. «J’ôte/Je Tu mon Alter Égoïste/ à la place du mort/ l’intimité de mon corps/ pour me donner au cri/ cette rage passée sur moi et que/ tu pilonnes tu pilonnes/ de la convulsive/ lascive/ brutalité de ton sexe jusqu’au relâchement/ après le spasme». Elle nous avait éblouis avec Trash Fragilité (faux soleils & drones d’existence) (éd. du Citron Gare, 2015), l’un de ses précédents recueils. Elle nous ravit encore – et toujours – aujourd’hui avec le présent livre préfacé par le poète et écrivain Alain Marc, et illustré par Didier Mélique. Elle joue avec les mots, les bouscule à la manière d’un Rimbaud ou d’un Desnos; les images fusent. Le beat, poêle vieille, les fait rissoler sous le feu de son inspiration débridée. Murielle Compère-Demarcy a du talent. On le savait déjà; ça se confirme. Ph.L.

     

    Je Tu mon AlterEgoïste, Murielle Compère-Demarcy, éd. L’Harmattan; 134 p. 15 €.

     

    ESSAI

    La passion pour le chat

    Dans ce guide, Yoshito Katô, spécialiste du comportement animal, transmet avec tendresse sa passion pour les chats. Il les aime tous, mais plus spécialement le sien. Elle nous invite à partager les secrets d’une vie en harmonie entre un maître et son chat, pour apprendre à bien connaître ses besoins, son caractère. Elle nous donne, en somme, tous les conseils pour devenir un bon maître.

    Bien vivre avec son chat, Yoshiko Katô, Larousse, 111 p.; 9,95 €.

    AUDIO LIVRE

    Le portrait d’une ordure

    L’amour et les forêts est un grand roman, fort, poignant, remarquablement écrit. Sixième opus d’Éric Reinhardt, paru en 2014, il se vit couronner par le prix Renaudot des lycéens et du prix Roman France Télévisions; ce n’est que justice. L’auteur y dresse le portrait d’une belle ordure, un sale type, mauvais comme une teigne, qui ne cesse d’humilier sa femme, Bénédicte Ombredanne, professeur de lettres, sensible, fragile. Bénédicte contacte son romancier préféré, le narrateur. Elle lui confie que son dernier roman lui a redonné le goût de vivre. Et elle lui raconte son martyre et les méfaits sadiques de son odieux mari. «Le harcèlement devient plutôt ici la métaphore des dangers qui menacent nos rêves, des violeurs qui guettent nos âmes», indique avec justesse Fabienne Pascaud dans Télérama du 23 août 2014. Magnifiquement lu par Marie-Sophie Ferdane, ce texte est envoûtant. Révoltant aussi car on ne peut s’empêcher de détester le harceleur. Ph.L.

     

    L’amour et les forêts, Éric Reinhardt; Écoutez lire. Gallimard.

     

    DOCUMENT

    Le moulin d’un chanteur-phare

    Claude François s’était fondé un univers scénique, artistique, et aimait à se reposer (et créer) dans sa féerique propriété nichée au cœur du village de Dannemois, dans l’Essonne. Selon Fabien Lecoeuvre, «l’âme du chanteur y plane toujours.» Illustré de 300 photos et de documents rares, ce livre retrace l’histoire d’une des demeures les plus visitées de l’Ile-de-France.

    Murielle Compère-Demarcy.
    Murielle Compère-Demarcy.

    Claude François, Le moulin de Dannemois, Fabien Lecoeuvre, Hugo & Desinge; 96 p.; 17 €.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Lecture : sélection subjective

    Lire: il ne nous reste presque plus que ça à faire. L’homme qui pleure ...

    L’élégante écriture d’Eric Neuhoff

    Avec « Deux ou trois leçons de snobisme », chroniques écrites pour le Figaro Magazine, Eric ...

    À la recherche du Besson perdu…

         L’auteur d’«Ah?! Berlin», ne perd jamais son temps : qu’il pense ou ...

    Quelques petites chroniques littéraires

    L’écrivain Angot Il faut reconnaître ses erreurs; par le passé, j’ai écrit que Christine ...

    Lectrice tu sauras tout sur Bott avant tes copines !

     Lectrice, mon faucre, mon amour, ma tendresse moite, mon animal humide, j’ai envie de ...

    Destins fracassés à coups de ballets roses

        Avec «La vérité sur la comtesse Berdaiev», roman étincellant, Jean-Marie Rouart dessine ...