Une fable réjouissante brocarde le Vélib’

     

    François Marchand, écrivain. 2013.

    Hilarant, méchant, voire cruel, « Cycle mortel », de l’excellent François Marchand, met une pincée de selles dans la littérature bien-pensante.

    Ce livre est drôle, très drôle. Méchant, féroce aussi. Les élus socialistes de Paris en prennent plein dans la tronche; les bonnes conscience des Droits d’ Homme et les donneurs de leçons de l’écologie intégriste aussi. Quant aux cyclistes bobos, ils sont totalement massacrés. (C’est vrai que quand un type en catogan se croit tout permis et qui vous frôle à vive allure dans une zone piétonne ou sur un trottoir, ce livre fait du bien au moral!) C’est une fable; qu’on se rassure. L’auteur en rajoute des tonnes, comme le ferait un caricaturiste ou un chroniqueur de la matinale de France Inter. Tout ici est excessif, mais qu’est-ce qu’on se marre! Pourquoi se marre-t-on autant? On est en droit de se demander si, justement, ce n’est pas parce que tous ces gens se prennent souvent trop au sérieux. L’amusant François Marchand imagine Paris en 2015. Les usagers du Vélib’ tombent comme des mouches, terrassés les uns après les autres. Ils chutent mystérieusement. La médecine se penche sur le question mais, elle non plus, n’y comprend rien.

    Béchétoile, maire socialiste de la capitale, attrape le phénomène au vol pour y voir un complot de la droite la plus ultra pour éliminer ses électeurs. C’est sans compter l’inénarrable commissaire Moullinard qui n’est pas du tout convaincu par cette piste, trop peu cyclable à son goût. Il tente de résoudre l’énigme.

    Pendant ce temps, cette belle âme de Béchetoile, à l’occasion de la prochaine Nuit blanche, prépare une contre-attaque du feu de Dieu et mobilise ses troupes boboïstes. Résultats : des hordes de bobos tentent de mettre la ville à sac, révoltés par ce cycle mortel…

    Une fable, oui, une hilarante fable qui fait du bien dans un monde où certaines valeurs dites modernes sont inattaquables. Marchand s’amuse comme un fou; il fait circuler les usagers du Vélib’ dans une rue des Porteurs-de-Valises, fait mourir Bernard Kouchner, brocarde « les humanistes à roulettes », imagine un député UMP, Bassompierre, qui tente de mettre fin à l’expérience Vélib’ qu’il trouve exaspérante : « D’un tempérament sanguin, il devait se maîtriser pour ne pas écraser, au volant de sa berline foncée, les cyclistes qui s’éparpillaient sur les boulevards rétrécis par les argousins écologistes de Béchétoile. » Bassompierre qui, au final, est aidé par un vieux membre du Parti communiste qui, lui aussi, fulmine contre les bobos roulants. Tout cela doit se passer rue de la Mémoire-des-crime-du-général-Pinochet pendant une manifestation de l’association Vélorution.

    Nom d’une chaîne : que ce livre excessif fait du bien!

    PHILIPPE LACOCHE

    « Cycle mortel », François Marchand, Ecriture, 123 p.; 13,50 euros.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Destins fracassés à coups de ballets roses

        Avec «La vérité sur la comtesse Berdaiev», roman étincellant, Jean-Marie Rouart dessine ...

    Les coups de coeur du marquis…

                                  Le Strasbourgeois qui aimait l‘Est Un chanteur qui est aussi spécialiste de l’aviation ...

    Editeur de Pantin, le Castor Astral publie le Nobel

      Rencontre avec Jean-Yves Reuzeau, fondateur du Castor Astral, éditeur de Tomas Tranströmer, qui ...

    Dans le dossier Houellebecq de Valeurs actuelles

    A la une de la dernière livraison de Valeurs actuelles : “Houellebecq, la dernière ...

    Les croisades, quelle aventure !

    Avec « Belle d’amour », Franz-Olivier Giesbert nous donne à lire un délicieux roman foisonnant, généreux ...

    Le juge Lambert aime Amiens, les livres et l’écriture

    Il n’est pas seulement le juge d’instruction de l’affaire du petit Grégory; il est ...