L’ombre d’un père essentiel et attachant

     Frédéric Vitoux égrène, sans chronologie, ses souvenirs familiaux et amicaux. C’est délicieux.

    Frédéric Vitoux, de l’Académie française, est l’auteur de nombreux romans et essais. Photo JF Paga.

    Il est des livres qui vous restent dans la mémoire; ils s’y incrustent définitivement. C’est ce qu’on appelle communément des bonheurs de lecture; souvent, l’auteur s’y met à nu, même lorsque l’intimité est cachée derrière les paravents (translucides) de personnages. Adios, du regretté Kléber Hedens (et son double, Jérôme Dutoit), et Les Poneys sauvages, du tout aussi regretté Michel Déon (et Georges Saval, personnage central), sont de ceux-là. Longtemps, j’ai donné raison à Ginger Rogers, de Frédéric Vitoux, procure la même impression. Et c’est délicieux. La forme, en elle-même, se révèle d’emblée à la fois légère et séduisante. Point d’autobiographie chronologique, non. Frédéric Vitoux laisse s’écouler sa mémoire comme le cours limpide et surprenant d’une rivière de larmes douces-amèresou d’inextinguibles fous rires.

    «Cet homme cultivé, sensible, original, détaché de l’argent, des plans de carrière et des honneurs factices (…)»

    Cela nous donne à lire dix-sept chapitres (dont certains assez courts) qui mêlent – joli puzzle–, scène de vie, engouements et découvertes littéraires et cinématographiques, portraits à cru d’une criante et subtile vérité. Le tout compose une manière de pâte humaine, levée au ferment d’une mélancolie pudique et acidulée; une sage réflexion sur le temps qui fuit. Le premier souvenir qui surgit n’est autre que celui d’un enfant, au côté de sa mère, dans un camion. Ils vont voir le père emprisonné à Clairvaux. Nous sommes au sortir de la deuxième guerre; ce même père a fait de mauvais choix au cours de l’Occupation. Il a été journaliste au Petit Parisien; plutôt que se réfugier et de poursuivre son activité en zone libre, il a continué à écrire sous la contrainte allemande. Il n’a rien d’un odieux collaborateur, non. Et le portrait qui est ici dressé de cet homme cultivé, sensible, original, détaché de l’argent, des plans de carrière et des honneurs factices est en tout point réussi, et particulièrement émouvant. L’ombre de Pierre Vitoux, père de Frédéric, plane sur tout le livre. Exemple, page 62, quand l’écrivain – à la faveur de la sortie de son livre L’Ami de mon père – fut invité, en 2000, par Bernard Pivot dans Apostrophes, parmi de grands Résistants. Pivot leur fit remarquer qu’ils avaient toutes les raisons pour détester Pierre Vitoux. Jean-Louis Crémieux-Brilhac en tête et les autres répondirent «que la question n’était pas là, qu’ils se seraient sans aucun doute heurtés violemment à mon père, à cette époque-là, mais qu’ils pensaient que des hommes parfaitement estimables au demeurant avaient pu adopter une ligne de conduite différente, au moment où eux-mêmes rejoignaient le général de Gaulle.» Imparable élégance, immense ouverture d’esprit.

    Des souvenirs et des portraits, ce livre en contient des dizaines. Des seconds ou troisièmes rôles du cinéma traversent ces pages, à l’image du mystérieux comédien Eugene Deckers (qui apparaît dans les certains romans de Patrick Modiano). Passent encore de grands originaux comme le désopilant Antoine Menier (ami d’enfance du parrain de Frédéric Vitoux), héritier de la grande famille de chocolatiers, rentier, dilettante définitif, qui avait fait monter, sur sa voiture Riley crème, en guise de klaxon, un mécanisme sonore qui imitait le meuglement d’une vache ou d’un taureau en chaleur. Ainsi, lorsqu’il se promenait dans la compagne, il attirait autour de lui tous les bovins des pâturages.

    Un récit d’une saveur incomparable et à l’inimitable parfum de nos chères et regrettées Trente glorieuses. PHILIPPE LACOCHE

     

    Longtemps, j’ai donné raison à Ginger Rogers, Frédéric Vitoux; Grasset;

    360 p.; 22 €.

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Clara Bruti, 93 ans, perd la mémoire

      Avec “La mémoire de Clara”, Patrick Besson nous donne à lire un roman hilarant, très ...

    Vailland-Soulages : un match de haut niveau

      Le 27 mars 1961, Roger Vailland passe l’après-midi avec le peintre Pierre Soulages ...

    C’est une jument bleue accrochée à la colline

             J’écoutais ce matin, en me rasant, France Inter, la cantatrice ...

    L’écrivain Julien Carré et Le Chemin des fugues

    Mon camarade et ami Julien Carré a aimé Le Chemin des fugues. Il m’a ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Michel Pruvot revient à la chanson Acordéoniste vedette, musicien, chanteur, auteur-compositeur, l’Abbevillois Michel Pruvot ...

    Les coups de coeur du marquis…

    Les frères de Pau Batteur, créateur de l’orchestre de percussions Les Élégantes Machines, Francis ...