Naples : joyeuse et débrouillarde

    C’est un beau portrait de cette ville que nous donne à lire Philippe Vilain.

     

    Philippe Vilain rend un puissant hommage à l’esprit napolitain.

    Depuis une vingtaine d’années, Philippe Vilain éprouve une passion pour Naples. Dans ce texte intime, il raconte son éblouissement pour cette ville où il a décidé de vivre; il évoque sa beauté baroque, ses couleurs et ses fêtes, son allégresse et des croyances, ses contrastes et ses énigmes.» C’est en ces termes que l’éditeur présente l’essai Mille couleurs de Naples, de Philippe Vilain. C’est bien vu. De cet excellent écrivain, on attendait plutôt un roman qu’un essai sur une ville. Styliste remarquable, observateur délicat et pudique des passions amoureuses, Philippe Vilain nous a déjà donné des fictions admirables, dont Pas son genre (Grasset, 2011), porté à l’écran par le cinéaste Lucas Belvaux.

    Ici, on retrouve l’âme du romancier bien plus que celle du journaliste ou de l’universitaire qui regarde, analyse et rapporte. Comme l’ont fait avant lui Stendhal, Loti et Maupassant, Philippe Vilain sent les lieux. Il nous fait partager ici tout son amour pour Naples, ville souvent mal-aimée à cause des craintes engendrées par la Camorra et le Vésuve. À l’opposé, il met en exergue le fait que Naples demeure une ville de tolérance, «une singulière terre d’accueil où il n’y a jamais eu de ghetto: où les Juifs, persécutés en Espagne, venaient se réfugier pendant l’Inquisition qui n’a jamais pu entrer dans ses murs (…); où les femminielli – ces hommes devenus femmes, ces migrants du troisième sexe, hermaphrodites blondasses et lipeuses aux poitrines généreuses souvent – ont été adoptés dans les quartiers populaires».

    «On ne vient pas à Naples pour réussir socialement ou devenir un petit-maître du capitalisme.»

    Philippe Vilain

    Il emploie aussi cette belle phrase, toute empreinte de raison et de portée politique: «On ne vient pas à Naples pour réussir socialement ou devenir un petit-maître du capitalisme, mais, de façon bien plus ambitieuse et plus sage, pour apprendre le métier de vivre que professe la philosophie grecque.»

    Il loue également le côté débrouillard du peuple napolitain qui «vit avec fatalisme dans une précarité spectaculaire, il ne geint ni ne chôme pas, il jouit de son infortune tout en se débrouillant, en rendant des services, parfois de manière illégale, pour gagner son pain et nourrir son orgueil.»

    C’est un beau et juste portrait de Naples que nous donne à lire Philippe Vilain. On n’en attendait pas moins de ce grand écrivain.

    PHILIPPE LACOCHE

    Mille couleurs de Naples, Philippe Vilain; éd. Stilus; coll. Belle Plume; 102 p.; 16 €.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Confiné au jardin : il ne pense plus qu’à bouffer !

    Le confinement réussit-il au jardinier confiné? La question reste posée. Une chose est sûre: ...

    Lumière picturale au bout d’un chemin obscur

          C’était un soir d’hiver; un vrai. Il pleuvait dru. Une pluie ...

    Quelques petites chroniques littéraires

    L’écrivain Angot Il faut reconnaître ses erreurs; par le passé, j’ai écrit que Christine ...

    L’élégante écriture d’Eric Neuhoff

    Avec « Deux ou trois leçons de snobisme », chroniques écrites pour le Figaro Magazine, Eric ...

    Mes amours interdites avec Bernadette

        Ce fichu coronavirus et son confinement nécessaire commencent à me rendre cinglé. ...

    Confiné au jardin : à l’ombre des bêcheurs en pleurs

    Il nous l’avait promis dès la première chronique: le jardinier confiné a tenu parole; ...